Mairie d'Abomey Calavi

English version

Version française

Actualites

1ère session ordinaire de l'année 2017 à Abomey-Calavi : Le Maire Bada appelle à un sursaut communal autour des questions de développement

																								1ère session ordinaire de l'année 2017 à Abomey-Calavi : Le Maire Bada appelle à un sursaut communal autour des questions de développement

Déférant à une obligation textuelle contenue dans la loi 97-029 du 15 janvier 1999 portant organisation des communes en République du Bénin, le Maire d'Abomey-Calavi a convoqué et ouvert, ce mardi 28 mars 2017, les assises de la première session ordinaire au titre de l'année 2017 du Conseil Communal. Procédant à la cérémonie inaugurale de ces travaux de grandes retrouvailles entre la grande famille que constituent les élus communaux d'Abomey-Calavi, Georges Adédjoyé Bada, en sa qualité de président de l'Organe délibérant de la commune, a lancé un appel solennel en vue d'un sursaut communal de toutes les forces vives de la Cité de Fofo Djaka autour des questions de développement. Pour la première Autorité de la commune d'Abomey-Calavi en effet, l'enjeu d'impulser un nouvel essor à la commune d'Abomey-Calavi est et doit être une œuvre collective que dans la complémentarité et esprit de suite, tous les maillons de la chaîne de développement doivent prendre à bras le corps. C'est à juste titre que le No 1 de la commune a invité dans son discours d'ouverture, les élus communaux à toujours travailler en toute sérénité, avec engagement et sens élevé de devoir.



La toute première depuis que le Conseiller Montcho Théophile est passé de vie à trépas, cette session a été ouverte par le président de séance par l'observance d'une minute de silence en mémoire de cet illustre défunt qui s'est remarquablement distingué au cours de son bref séjour au sein de l'équipe communale. Ce fut d'ailleurs une occasion pour son suppléant, le sieur Thomas Tapé, de signer son entrée au Conseil Communal, plein de détermination et de dévouement à poursuivre les œuvres si bien entamées par son prédécesseur.



Les grands dossiers abordés:



Il faut le signaler tout de suite, la première journée de cette session ordinaire du Conseil Communal, s'est penchée sur des dossiers importants. Après le discours d'ouverture, l'intégration du nouveau Conseiller et l'amendement de l'ordre du jour et ce, après lecture par le Secrétaire Général, Sébastien Kinsiklounon, le Maire s'est prêté avec brio à un autre exercice statutaire. Il s'agit de la présentation de son rapport d'activité pour la période allant de novembre 2016 à mars 2017. Ce rapport sérié en des volets relatifs d'une part à l'offensive diplomatique développée par le Maire dans le but d'associer les investisseurs étrangers au rayonnement et à la prospérité de la ville d'Abomey-Calavi, d'autre part, aux actions phares à l'actif du Conseil Communal sur la période sus- référencée et enfin les perspectives, ce rapport disions-nous, a été adopté à l'unanimité des Conseillers présents et représentés. Toutefois des Conseillers tels que Sébastien Dohou et Patrice Hounyewa, ont souhaité que le Maire et l'Exécutif communal soient regardants sur le Plan du Développement Communal (PDC ) troisième génération, dont l'élaboration en cours, a été évoquée par le Maire dans son rapport d'activité.



Si pour M. Dohou, le PDC est comme une bible qui doit refléter l'image réelle de la commune, un outil boussole de développement dont la conception ne doit aucunement répondre au principe de "copie-collé'', pour son collègue Patrice Hounyewa, une fois les Experts recrutés, le Conseil Communal gagnerait à inscrire dans leurs cahiers de charges, l'exigence de produire des rapports d'étape en vue d'un suivi rigoureux pour l'élaboration d'un document qui présente une vue holistique des piliers et palliers sur lesquels repose le développement intégral de la commune d'Abomey-Calavi.



Sur un autre plan, le Conseiller Franck Hessouh a demandé au Maire de prendre ses responsabilités par rapport aux Chefs d'Arrondissements qui ne tiendraient pas à bonne date leurs Conseils d'Arrondissement. Sans vouloir dédouaner les CA incriminés, le Maire a expliqué que le cas de Godomey est exceptionnel, vu le nombre élevé de Conseillers Communaux et locaux qui doivent siéger dans cette salle de conférence exigüe. C'est d'ailleurs dans les perspectives énumérées par le Maire dans son rapport d'activité qu'une solution à court terme sera apportée à cette difficulté de cadre de réunion dans l'arrondissement de Godomey et même à l'hôtel de ville. Le Maire annonce en effet que d'ici 4 mois, l'arrondissement de Godomey aura une salle de conférence confortable. De même, il annonce qu'au cours de cette année 2017, la maison du peuple située au cœur de l'hôtel de ville, 9sera rénovée. Aussi, projette-t-il pour bientôt, l'extension du bloc administratif et la pose de la première pierre pour la construction d'un nouvel hôtel de ville pour les services communaux dans des conditions optimales dans la commune d'Abomey-Calavi. Toutes ces réalisations, renchérit-il, seront renforcées par des investissements tous azimuts sur le terrain, dans les arrondissements et localités de la Commune à l'effet d'assurer la construction d'autres infrastructures socio-communautaires telles que: écoles, centres de santé, routes, adductions d'eau, jusqu'à la hauteur de 900 millions de nos francs.



Toujours au cours de la première journée de la première session ordinaire de l'année 2017 du Conseil Communal, trois présidents de Commissions ont présenté leur rapport d'activités. C'est Matokoo Bogninou, président de la Commission chargée des Affaires économiques et financières qui a ouvert le bal. Il a fait le compendium du niveau d'exécution du budget exercice 2017. On retient grosso modo que l'espoir est permis vu les outils modernes de mobilisation des ressources et les réformes en termes de sécurisation des finances locales engagées par le Conseil Communal sous la houlette et la clairvoyance du Maire Georges Adédjoyé Bada. Quant au président de la Commission chargée des Affaires Domaniales et Environnementales, Patrice Hounyewa, son rapport d'activité à fustigé le manque de synergie qui existerait entre sa Commission et les Chefs d'arrondissements d'une part et d'autre part, entre sa Commission et l'Administration communale. Il déplore ce qu'il appelle l'indisponibilité d'un répertoire sérieux des réserves administratives de la commune et lance un appel à un changement de fusil d'épaules dans la gestion des affaires domaniales et foncières dans la commune d'Abomey-Calavi. Ce rapport a fait dresser les cheveux sur la tête de plusieurs Conseillers. Du CA Germain Cadja-Dodo au premier Adjoint au Maire Victor Adimi, en passant par Malick Tokpo, Christophe Ayissi, Gilbert Agon, Sébastien Dohou, Pierre Gbégnon, Bernard Hounsou, Franck Hessouh, Félix Dossa Dansou, le Deuxieme Adjoint au Maire, Julien Honfo et le président de la Commission spéciale chargée du recensement des réserves administratives, Emmanuel Koï, chacun avait sa vérité à dire sur le dossier foncier à Abomey-Calavi. Comme ils avaient leurs expériences à partager sur la tenue et l'archivage de l'état civil qui n'est qu'un pan des sujets abordés par Chantal Houenha, présidente de la Commission chargée des Affaires sociales et sportives, dans la présentation de son rapport d'activité.

...

Construction du pont de Womey dans la commune d'Abomey-Calavi : La fiction terminée, l'ouvrage livré en juin 2018

																								Construction du pont de Womey dans la commune d'Abomey-Calavi : La fiction terminée, l'ouvrage livré en juin 2018

Le Directeur Général des Infrastructures, Jacques Ayadji, ne croyait pas si bien dire en déclarant ce jeudi 23 mars 2017 que ''le lancement des travaux de construction du pont de Womey est le démarrage de l'écriture d'un livre intitulé: de la fiction à la réalité ''. Dans la liesse populaire et devant un parterre de notabilités, d'élus communaux et locaux en effet, le ministre en charge des infrastructures et des transports, Hervé Hêhomey, a donné le top de la construction de ce joyau prévue pour durer 15 mois dont trois de préparation de chantier. Cet ouvrage de franchissement ou pont a été co-financé par l'Union Européenne et la Banque Ouest-africaine de Développement (Boad) à près de 7 milliards de nos francs. Il présente aux dires de Arsène B. Soglo, Directeur Général des Travaux Neufs, cumulativement avec ses fonctions de Directeur Général Adjoint des Infrastructures, des caractéristiques techniques d'un véritable chef-d'œuvre moderne qui s'étend sur 324 ml avec tablier à structure mixte acier/béton armé constitué de 3 tabliers de 108 m chacun, avec des travées continues de 32 m, 44 m et 32 m. Les travaux ont été confiés, suite à un appel d'offres international, à l'entreprise SOGEA SATOM. Selon le délai contractuel, celle-ci doit livrer l'ouvrage en juin 2018 au plus tard. La Chargée d'affaires de l'Union Européenne (plus gros Partenaire Technique et Financier du Bénin dans ce projet), a insisté sur la mise en service effective de ce joyau au terme des 12 mois d'exécution franche des travaux.



Le Ministre des Infrastructures et des Transports compte sur la bénédiction des sages, des notables, des hauts dignitaires et autres gardiens des temples et autorités morales et religieuses pour que soient concrétisés les nombreux projets que le gouvernement du nouveau départ a initiés en faveur de la commune d'Abomey-Calavi. Emu par l'accueil populaire et enthousiaste à lui reservé par les populations, M. Hêhomey y voit un soutien constant du Conseil Communal d'Abomey-Calavi également mobilisé pour la circonstance. Sous la férule du Maire Georges Adédjoyé Bada, le Conseil Communal d'Abomey-Calavi n'a de cesse de donner la preuve qu'il accompagne le Programme d'Actions bien achalandé concocté par le gouvernement du Président Patrice Talon pour révéler le Bénin à lui-même et au monde entier. Aussi, le Ministre des Infrastructures et des Transports pense-t-il que ce chantier inscrit dans le grand répertoire des projets phares à recenser dans le patrimoine infrastructurel de la commune d'Abomey-Calavi, les mois et années à venir, est une réponse appropriée aux problèmes de mobilité qui se posent sur le corridor Cotonou-Niamey et Abidjan-Lagos.



La première Autorité de la commune d'Abomey-Calavi y voit un acte de délivrance des populations, puisque, une fois réalisé, cet ouvrage va sonner le glas de l'engorgement du Pont de Djonou communément appelé pont de Houédonou. Le Maire Georges Bada a décerné un satisfecit au président de la République et à son gouvernement pour les efforts inlassables qu'ils consentent au quotidien en vue d'assurer à court, à moyen et à long termes, un mieux-être à ses administrés.



Quant au Chef d'Arrondissement de Godomey, le message adressé à l'assistance est celui de gratitude vis-à-vis du Chef de l'Etat pour l'effectivité de la construction du pont de Womey qui va permettre de conjuguer au passé les difficultés auxquelles sont confrontrées les populations qui sont appelées à traverser ce bas-fonds. Sans avoir la prétention de rappeler un vieux mauvais souvenir ou de remuer le couteau dans la plaie, Germain Cadja-Dodo a indiqué que des esprits maléfiques et mystérieux se seraient logés dans ce bas-fonds et auraient été à l'origine de la mort de plusieurs élèves, femmes enceintes, vieux et jeunes. Le Directeur Général des Infrastructures et des Transports Jacques Ayadji, a d'ailleurs, à l'entame de la cérémonie, fait observer une minute de silence en mémoire des âmes disparues en ces lieux qui doivent incessamment accueillir le pont. Faut-il en faire mention, en raison de ces péripéties pour le moins mystérieuses, l'entrepreneur attributaire des travaux obtempéré aux propositions allant dans le sens de faire des cérémonies traditionnelles, d'invoquer les dieux des eaux et de leur consentir des sacrifices avant le démarrage des travaux. Le CA de Godomey lui en sait gré et lui en a rendu un témoignage public.



Un témoignage public de reconnaissance vis-à-vis du gouvernement de la rupture et de son Chef a été également l'obligation morale et responsable à laquelle a satisfait le CA de Godomey dans son mot de bienvenue. Pour lui, le régime Talon mérite bien de fleurs pour avoir lancé dans sa phase active, ce projet objet de toutes les promesses électoralistes dans un passé: ''Toute la population de la Commune d'Abomey-Calavi en général, celle de l'arrondissement de Godomey en particulier, se réjouit et se doit de magnifier le pragmatisme et le dynamisme du Chef de l'Etat, le président Patrice Talon'', a déclaré le CA Germain Cadja-Dodo.



En attendant le mois de juin 2018 vers lequel tous les regards sont désormais tournés pour l'inauguration de ce prestigieux joyau, on peut se contenter des prières et bénédictions du roi de Cocotomey et du haut dignitaire du culte vodoun Akplogan de Godomey qui, sur insistance du ministre Hervé Hêhomey, ont tour à tour indiqué que l'ouvrage va se réaliser sans anicroche.

...

Conseil des Ministres du 22 mars 2017

Conseil des Ministres du 22 mars 2017

La session hebdomadaire du Conseil des Ministres s’est tenue ce jour, mercredi 22 mars 2017, sous l’autorité du Président de la République, Chef de l’Etat, Chef du Gouvernement.



Au nombre des sujets étudiés, deux (02) points feront l’objet de nos échanges.



1- Réorganisation de l’atlas d’encadrement au Ministère des Enseignements maternel et Primaire (MEMP).



Le Gouvernement a prévu, pour la période 2016-2021, de réaliser la transformation du visage de notre école, s’agissant principalement du sous-secteur des enseignements maternel et primaire.



Ceci passe, entre autres, par l’amélioration de la qualité de l’enseignement à travers le renforcement des capacités des enseignants.



Dans ce cadre, la réforme initialement prévue, visant à solliciter les services ponctuels d’Inspecteurs et de Conseillers pédagogiques à la retraite comme encadreurs pédagogiques, n’a pas prospéré.



Il faut donc mettre en place un nouveau dispositif.



Ce nouveau dispositif prend désormais en compte aussi bien la plupart des Inspecteurs en activité, que les chefs de Service des Enseignements maternel et primaire des Directions Départementales cumulativement avec leurs fonctions.



Ce nouvel atlas d’encadrement ainsi validé sera constitué de 45 Régions pédagogiques.



Il permettra de faire face au déficit d’Inspecteurs pour assurer aux douze départements une couverture équitable du réseau d’animation pédagogique.



Ce nouvel Atlas s’inscrit dans la perspective d’une réelle amélioration de la qualité de l’offre éducative et, par conséquent, du taux de réussite des apprenants à l’issue des différentes évaluations auxquelles ils sont soumis.



Le Conseil a autorisé la réorganisation de l’atlas d’encadrement. Il a instruit le Ministre des Enseignements Maternel et Primaire à l’effet de mettre en place le nouveau dispositif d’encadrement et de renforcement du réseau d’animation pédagogique.



2- Limitation des hauteurs des constructions de bâtiments en zone résidentielle urbaine en République du Bénin.



Le décret n° 2014-205 du 13 mars 2014 porte réglementation de la délivrance du permis de construire en République du Bénin.



Pour toute construction, pour quelque usage que ce soit, l’Autorité publique compétente donne une autorisation conformément aux données techniques, aux dispositions législatives et réglementaires en vigueur en matière d’urbanisme.



Il faut donc accomplir des formalités pour l’obtention du permis de construire, à l’appui de pièces écrites et graphiques.



La réglementation prévoit notamment qu’un immeuble ne dépasse pas une certaine hauteur.



En zone résidentielle urbaine, la combinaison de toutes les pre ions minimales limiterait la hauteur des bâtiments dans ces zones à R+2 au plus, avec ou sans sous-sol.



Or, il a été constaté que des immeubles de grandes hauteurs ont été construits ou sont en cours de construction au mépris des dispositions réglementaires et des normes en vigueur.



Cela crée des nuisances telles que la violation de l’intimité du voisinage, l’instabilité des maisons voisines, l’insécurité dans laquelle vivent leurs occupants.



Un état des lieux a été fait par le Ministère du Cadre de Vie et du Développement Durable.



Cet état renseigne aussi sur une absence généralisée de documents d’urbanisme régulièrement approuvés dans nos communes.



Face à cette situation et pour promouvoir un développement urbain harmonieux et durable, il apparaît nécessaire de respecter la réglementation en vigueur et de limiter les constructions de bâtiments à deux étages (R+2 avec ou sans sous-sol) dans les zones résidentielles urbaines de notre pays.



A cet effet, la mise à disposition des communes, des documents d’urbanisme, permettra d’avoir une organisation cohérente et durable des centres urbains en vue d’une meilleure application des dispositions réglementaires, dont la finalité est de protéger la vie des populations.



Le Conseil, a instruit le Ministre du Cadre de Vie et du Développement Durable à l’effet de prendre les dispositions nécessaires pour la relecture du décret de 13 mars 2014, portant réglementation de la délivrance du permis de construire en République du Bénin.



Le Conseil a également instruit le Ministre de la Décentralisation et de la Gouvernance Locale, à l’effet de faire annuler les permis de construire des bâtiments en cours de réalisation dans les zones résidentielles urbaines et dont les hauteurs ne respecteraient pas la hauteur prescrite pour ces zones résidentielles urbaines.



Tous les Ministres concernés ont été enfin instruits à l’effet d’organiser des séances de travail avec les spécialistes (urbanistes, architectes, géomètres experts, etc.) pour doter nos communes de documents d’urbanisme comme le Plan directeur d’Urbanisme et le Règlement d’Urbanisme.



Je vous remercie.

...

Conseil des Ministres du 15 mars 2017

Conseil des Ministres du 15 mars 2017

Le président de la République, chef de l’Etat, chef du gouvernement a présidé la séance hebdomadaire du conseil des ministres ce mercredi 15 mars 2017. Au total, sept (07) grandes lignes ont été développées par le ministre d’Etat, secrétaire générale de la présidence de la république, Pascal Irénée Koupaki lors de son traditionnel point de presse. Lire l’intégralité du compte rendu



1- Projet d’accord-cadre et projet de contrat d’assistance à maîtrise d’ouvrage pour la construction d’un l’hôpital général à Abomey Calavi entre « AP-HP International » filiale de « Assistance publique-Hôpitaux de Paris » (APHP) et la République du Bénin.

Le système de santé du Bénin est confronté à de nombreuses difficultés. Celles-ci génèrent des dysfonctionnements à tous les niveaux de la pyramide sanitaire. Il s’agit notamment de la mauvaise organisation administrative et financière, de l’insuffisance des ressources humaines en qualité comme en quantité, avec une forte concentration au niveau des zones urbaines.

Ces insuffisances impactent négativement la qualité des prestations fournies aux populations, et induisent des évacuations sanitaires à forte incidence financière sur le budget national. Le PAG « Bénin révélé » a prévu des mesures pour corriger ces insuffisances. C’est dans ce cadre que le Conseil a adopté le projet d’accord-cadre ainsi que le contrat d’assistance à maîtrise d’ouvrage entre AP-HP International, filiale deAssistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) et notre pays, pour la construction de l’hôpital Général sur un site déjà identifié dans la Commune d’Abomey-Calavi.

Cet hôpital sera un Centre hospitalier et universitaire deréférence.

A cet effet, le Conseil a autorisé le Ministre de la Santé à signer ledit accord-cadre et le contrat d’assistance à maîtrise d’ouvrage pour la construction de l’hôpital général.



2- Projet de décret portant agrément au régime « C » du Code des Investissements de la société ALPHA BENIN SA.

La société ALPHA BENIN SA, a sollicité l’agrément au régime C du Code des Investissements, pour l’installation de son usine de production de pâtes alimentaires. Le montant des investissements envisagés, est évalué à 13,5 milliards de FCFA. Le projet favorisera la création de 423 emplois permanents, dont 393 pour les nationaux. Le promoteur a pris tous les engagements requis pour l’octroi du régime C du Code des investissements.

Le Conseil a approuvé l’agrément au régime C du Code des Investissements, de la société ALPHA BENIN SA, pour son projet d’installation d’une usine de production de pâtes alimentaires dans la zone industrielle de Sèmè-Podji.



3- Rapport général de la revue annuelle du processus de gestion du développement édition 2015.

Le Ministre d’Etat chargé du Plan et du Développement a présenté au Conseil le rapport général de la revue annuelle du processus de gestion du développement, édition Année 2015. Le Conseil a pris acte des dysfonctionnements dont les plus importants concernent l’inexistence de documents de politiques et/ou de stratégies sectorielles, les insuffisances dans les mécanismes de suivi-évaluation des projets, l’inefficacité dans la chaîne de Planification, de Programmation, de Budgétisation et de Suivi (PPBS).

Le Conseil a approuvé les recommandations formulées pour améliorer le processus national de planification du développement de notre pays. Il a à cet égard instruit le Ministre d’Etat, chargé du Plan et du Développement à l’effet d’élaborer pour chaque Ministère, une feuille de route pour la mise ne œuvre des recommandations et le suivi des performances de notre administration publique dans ce domaine.



4- Etude des rapports de missions d’inspection et de contrôle effectués par les Inspecteurs généraux des ministères.

Le Conseil a pris connaissance de la synthèse des rapports de missions d’inspection, de contrôle ou d’audit effectuées par les Inspecteurs Généraux des Ministères au cours de l’année 2016. Cette synthèse fait apparaître, de façon générale, des insuffisances liées au mauvais fonctionnement de certains services clés, à la non actualisation voire à l’absence de manuels de procédures, au non-respect des procédures et textes en vigueur dans maints domaines.

La synthèse révèle également un taux insatisfaisant de mise en œuvre des recommandations faites par le passé. L’impérieuse nécessité d’améliorer la qualité de la gouvernance administrative et les performances économiques de notre pays appelle le suivi rigoureux de la mise en œuvre des recommandations formulées.

Le Conseil a alors instruit les Ministres à l’effet d’élaborer un plan d’actions pour la mise en œuvre des recommandations et à en assurer le suivi.

Le Conseil sera attentif, en mars 2018, à la synthèse des rapports d’inspection, de contrôle, d’audit ou de vérification, pour mesurer les progrès accomplis par notre administration publique en 2017, en matière de gouvernance.



5- Projet de décret portant création, attributions, composition, organisation et fonctionnement du cadre institutionnel d’élaboration d’un plan national de développement.

L’évaluation à mi-parcours de la mise en œuvre de la Vision Bénin Alafia 2025, fait apparaître des résultats mitigés. Cela est dû, entre autres, à l’absence d’un Plan national de Développement. Il s’avère donc nécessaire que le pays se dote d’un plan national de développement qui prendra en compte le document de référence qu’est le PAG 2016-2021.

A cet effet, il est nécessaire de mettre en place un cadre institutionnel dont la mission est d’orienter, de superviser, d’encadrer et de suivre la mise en œuvre de toutes les actions afférentes à l’élaboration d’un plan national de développement.

Il a également pour mission, d’assurer la mobilisation de toutes les parties prenantes au processus, y compris les partenaires au développement.

Le Conseil a instruit le Ministre d’Etat chargé du Plan et du Développement, à l’effet de prendre les dispositions pour rendre opérationnel le cadre institutionnel d’élaboration du plan national de développement. Le Conseil a pris un décret à cet effet.



6- Reprise du Programme de VĂ©rification des Importations (PVI)

Le 22 mars 2011, le gouvernement a pris le décret n°2011-106 portant institution d’un Programme de Vérification des Importations de nouvelle génération.

Ce décret a été abrogé le 23 août 2012. Ce qui a provoqué un litige entre l’Etat béninois et la Société Bénin Control, prestataire du PVI.

La Cour Commune de Justice et d’Arbitrage de l’OHADA, par sentence arbitrale du 13 mai 2014 a demandé à l’Etat béninois de rétablir Bénin Control dans ses droits, sous peine des dommages et intérêts. En vue du règlement définitif du contentieux, le Conseil des Ministres du 18 Mai 2016 a rétabli Bénin Control dans ses droits.

En conséquence, pour la reprise effective des activités du PVI, il convient que le gouvernement retire le décret n°2012-288 du 23 août 2012. Le Conseil a pris un décret portant retrait de ce décret d’août 2012.

Le Conseil a instruit le Ministre de l’Economie et des Finances et le Ministre des Infrastructures et des Transports à l’effet de négocier avec Bénin Control la modification du Contrat de marché du 9 février 2011, relatif à la mise en place du PVI de nouvelle génération, sur la base des propositions retenues par les deux parties.

Ils ont été instruits à l’effet de prendre les dispositions nécessaires pour la reprise effective des activités PVI à compte du 1er avril 2017, dans la perspective de l’amélioration des recettes publiques.



7- Projet de décret portant transmission à l’Assemblée nationale du projet de loi portant modification de la loi n°90-32 du 11 décembre 1990 portant Constitution de la République du Bénin.

Le Conseil a adopté, en 3ème lecture, le projet de décret transmettant à l’Assemblée nationale, du projet de loi portant modification de la Constitution du 11 décembre 1990.

Il est utile de préciser, d’entrée, que la Constitution n’a pas été réécrite. Son préambule n’a fait l’objet d’aucun amendement. Ce projet de modification n’entraîne pas l’établissement d’une nouvelle Constitution, et n’induit pas l’entrée en vigueur d’une nouvelle République. Il vise à corriger les insuffisances de notre Constitution, identifiées par différentes études et divers acteurs.

En outre, ce projet ne remet pas en cause les options fondamentales retenues par la Conférence nationale de février 1900 et considérées jusqu’ici comme les fondamentaux de la Constitution. Les références de la Constitution sont préservées ainsi que la nature du régime et les bases fondamentales. Le projet de modification vise la restauration d’un équilibre substantiel, réel et positif des pouvoirs ; la transparence dans la gouvernance économique et politique, au moyen notamment d’un régime pertinent de la responsabilité des gouvernants et d’un contrôle juridictionnel efficient.

Ainsi, le projet se propose notamment de renforcer les organes de contre-pouvoir, de renforcer les pouvoirs juridictionnels, de renforcer le système partisan par le financement public des partis politiques, de renforcer les droits de l’Homme avec l’affirmation claire de l’abolition de la peine de mort, d’assurer la reconnaissance de la chefferie traditionnelle.

Je dois préciser, enfin, que sous la conduite du chef de l’Etat, une consultation élargie a permis de soumettre les grandes lignes de la réforme envisagée aux représentants des forces sociales, traditionnelles et politiques.

Je vous remercie.



Pascal Irénée Koupaki

Ministre d’Etat, secrétaire générale de la présidence de la république

...

Lancement officiel des travaux préparatoires de la construction de l'aéroport international de Golo-Djigbé: Les assurances du Maire Bada au gouvernement et aux populations sinistrées

																																				Lancement officiel des travaux préparatoires de la construction de l'aéroport international de Golo-Djigbé: Les assurances du Maire Bada au gouvernement et aux populations sinistrées

Ça y est! Le gouvernement du nouveau départ veut passer à la vitesse supérieure dans l'exécution du projet de construction de l'aéroport international de Golo-Djigbé en souffrance depuis 43 ans. Inscrit en point d'orgue dans le Programme d'Actions du Gouvernement de Patrice Talon, ce projet aéronautique qui va impacter les communes d'Abomey-Calavi, de Tori-Bossito et de Zè en particulier et tout le Bénin en général, est l'une des actions phares que le régime en place entend réaliser avant la fin du quinquennat en cours. Ce vendredi 10 mars 2017, quatre ministres du gouvernement se sont déplacés vers l'arrondissement de Golo-Djigbé dans la commune d'Abomey-Calavi pour donner le déclic d'une volonté manifeste de la Haute Autorité à amorcer très rapidement, une révolution dans l'espace aéronautique béninois. C'est une chance que cette révolution nationale à portée internationale ait commencé par la commune d'Abomey-Calavi et environs. Le Maire Georges Bada, représentant le collège des Maires concernés par ce Projet, ne s'en cache d'ailleurs pas. Avec verve et éloquence, la première Autorité de la commune d'Abomey-Calavi a déclaré après le mot de bienvenue du CA de Golo-Djigbé, Thomas Ouinsou Ludger, que ce vendredi 10 mars 2017, est un jour de fête pour les communes d'Abomey-Calavi, de Tori-Bossito et de Zè car, ajoute-t-il, ''Cet aéroport est un joyau qui va révéler Abomey-Calavi, qui va révéler Tori-Bossito, qui va révéler Zè, qui va révéler le Bénin''. Pour lui, il n'y a plus aucun doute sur l'acceptation de ce projet par les populations bénéficiaires.



Il promet en tant qu'Autorité communale de faire tout ce qui est en son pouvoir pour que la réalisation de ce chef-d'oeuvre moderne ne se heurtasse à aucune réticence. Dans le même ordre d'idée, il a indiqué que le gouvernement s'évertuera à faire le dédommagement des populations sinistrées, suivant les lois de la République et dans les règles de l'art. Pour finir, le Maire Georges Bada a suscité l'adhésion populaire autour de ce projet car, indique-t-il, c'est de l'avenir de toute la Nation béninoise qu'il est question. Il n'a pas manqué de décerner un satisfecit au président de la République, Patrice Talon, pour sa vision de développeur et de bâtisseur bon teint.



Jean-Claude Codjia, Préfet de l'Atlantique, a abondé dans le même sens que le Maire. L'Autorité préfectorale lance un vibrant appel des populations au dialogue et au calme afin que, dans la sérénité requise, l'aboutissement de ce projet qui a germé depuis 1974, soit effectif: "Le jour le plus long a fini par faire jour. Une aube nouvelle, espoir confirmé d'un développement assuré, vient de s'élever. Ce projet vieux de 43 ans, sera une réalité. Un Président Américain a dit : quand il est dur d'avancer, c'est les durs qui avancent. Le président Talon est un dur. C'est pourquoi, il a donné un coup d'accélérateur à ce projet phare d'urbanisation et d'essor économique et social du département de l'Atlantique''', a déclaré l'Autorité préfectorale. A sa suite, Hervé Hêhomey, ministre des infrastructures et des transports est intervenu.



Dans son adresse à l'assistance, le porte-parole de la délégation gouvernementale composée outre le MIT, de José Tonato, Barnabé Dassigli et Sacca Lafia, a déclaré que le périmètre devant abriter l'aéroport de Golo-Djigbé s'étend sur 3028 hectares. Il insiste à dire que le gouvernement a mis ce projet au titre des projets phares du Pag et que la rencontre de ce vendredi 10 mars a pour finalité de lancer officiellement la libération du site, c'est-à-dire de mettre à nu l'emprise du projet, de procéder à l'enquête foncière et immobilière puis d'amorcer le plan d'action de réinstallation et de compensation des populations sinistrées. Tout en reconnaissant que les inquiétudes des populations sont légitimes, M. Hêhomey les a rassurées de l'engagement personnel et total du Chef de l'Etat à faire en sorte que les intérêts des ayants-droits soient sauvegardés, que l'expropriation, conformément aux textes républicains, soit effective. On comprend alors l'engouement de tout le Conseil Communal d'Abomey-Calavi massivement mobilisé pour témoigner de leur adhésion à la concrétisation de cette infrastructure moderne qui est et reste une réponse appropriée aux contraintes induites par l'aéroport international Bernardin Cardinal Gantin de Cadjèhoun et un stimulant pour le secteur du tourisme, filière de développement du pays par excellence.

...

Inauguration d'infrastructures scolaires et marchandes dans la commune d'Abomey-Calavi : Le Maire Bada place le social au cœur de ses actions de développement

																								Inauguration d'infrastructures scolaires et marchandes dans la commune d'Abomey-Calavi : Le Maire Bada place le social au cœur de ses actions de développement

(Après Akassato, Golo-Djigbé, Zinvié, Godomey et Calavi, Togba, Ouèdo et Hêvié servis)



La première série d'actions déclenchée par le Conseil Communal d'Abomey-Calavi pour impacter les différents arrondissements sous tutelle, a connu son épilogue ce mercredi 08 mars 2017. Sous la férule du Maire Georges Bada, la délégation communale s'est portée successivement dans les arrondissements de Togba, de Ouèdo et de Hêvié pour procéder à l'inauguration d'infrastructures socio-communautaires construites par la ville, pour répondre aux sollicitudes et aux besoins des populations en la matière.



Le périple de l'Autorité communale a démarré dans l'arrondissement de Togba par une visite de courtoisie au Roi de Houêto. Il s'est poursuivi par l'inauguration d'un module de 3 classes avec bureau, réalisé sur Fadec à l'Ecole Primaire Publique de Sakomey, une école dont les acteurs connaissent bien le Maire, pour y avoir posé les jalons du démarrage de ses activités scolaires, pendant qu'il était Député à l'Assemblée Nationale. Cette parenthèse fermée, il faut dire que l'infrastructure qui vient d'être érigée dans cette école, fait la fierté de la communauté scolaire, ainsi que des élus communaux et locaux. En sa qualité de Chef d'Arrondissement de Togba, Pierre Gbégnon, dans son adresse à l'assistance, se réjouit de ce que la Commune d'Abomey-Calavi ait actuellement à sa tête, un Maire développeur qui a sorti de l'anonymat et des tiroirs, des dossiers bloqués depuis des années. A en croire M. Gbégnon, outre ce module de classes construit au profit des apprenants de l'Epp Sakomey, le Conseil Communal entend investir 20 millions de nos francs pour assurer l'équipement en mobiliers (tables bancs) des écoles. C'est dans cette dynamique que le Maire a promis pour la semaine prochaine à l'Epp de Sakomey, 75 tables bancs pour optimiser les conditions d'études dans ce nouveau module de classes.



Par ailleurs, le CA de Togba annonce avec satisfaction que 50 autres millions de Fcfa sont orientés par le Conseil Communal sous les auspices du Maire Georges Bada à la construction de modules de classes dans les écoles primaires publiques de Houéga-Agué et de Tankpè. L'opportunité est tout trouvée par le No 1 de Togba, pour démentir les propos malveillants divulgués sur les réseaux sociaux et qui font état de ce que le Maire ne fait rien depuis son avènement à la tête de la commune : '' N'écoutez pas Watshapp, n'écoutez pas Facebook, voyez le concret. Le concret, c'est les modules de classes que nous avons devant nous'', a-t-il déclaré.



A la suite du CA, le Maire Georges Bada a décliné la vision du Conseil Communal qu'il préside dans le domaine de l'éducation. Pour lui en effet, l'éducation est le socle du développement. C'est de bonne raison qu'il attache du prix à ce secteur vital à travers lequel les villages et quartiers seront révélés aux arrondissements, les arrondissements à la commune d'Abomey-Calavi, la commune d'Abomey-Calavi au Bénin, le Bénin à la sous-région et au monde.



L'étape suivante de la tournée de ce vendredi a été l'arrondissement de Ouèdo. Là également, la délégation communale est allée faire ses civilités à Sa Majesté Tchédji Ahouanzé, roi de Ouèdo. Après quoi, le Maire Georges Bada et sa suite se sont rendus au site du marché Adjagbo-Aïdjedo de Ouèdo. Massivement mobilisées autour de leur CA, Gilbert Agon et de leur présidente Blandine Lalinon, les femmes, usagers principaux de ce lieu de commerce en construction, sont venues dire leur joie et témoigner leur gratitude au Maire qui a su identifier pour elles, leur lieu de travail, du moins ''leur bureau '', pour reprendre l'expression du Président Nicéphore Dieudonné Soglo, ancien Maire de Cotonou. En ce jour du 8 mars où la femme est célébrée à travers le monde, le cadeau du Maire d'Abomey-Calavi a consisté à mettre à la disposition des femmes du marché de Ouèdo, 3 hangars de 8 places chacun. L'inauguration de ce chef-d'oeuvre a été faite dans la grande ferveur. Le CA Agon et ses administrés étaient très émerveillés par la dynamique du Maire et de son Conseil Communal de porter haut le flambeau des arrondissements en matière de construction d'infrastructures éducatives et marchandes. La première Autorité de Ouèdo annonce dans cet ordre d'idée que les procédures ont été bouclées pour que les semaines et mois à venir, des modules de classes soient construits dans les villages de Kpossidja et de Djigbohounhouè aux fins d'améliorer les conditions d'études de ces populations. Il a également saisi cette opportunité pour renouveler ses doléances en besoins d'eau et d'électricité dans l'arrondissement de Ouèdo. En réponse aux sollicitations des populations, le Maire Georges Bada a déclaré : ''Je suis ici à cause du marché. Mais je pus vous dire que le président de la République, Patrice Talon, a prévu beaucoup de choses pour impacter Ouèdo, pour révéler Ouèdo à la commune d'Abomey-Calavi et la Commune d'Abomey-Calavi au Bénin. La route sera construite; les écoles seront construites. Le gouvernement a prévu construire 11 mille logements sociaux ici''.



La boucle a été bouclée par l'arrondissement de Hêvié. Un tour de la délégation au palais royal pour recevoir également les bénédictions de Sa Majesté. Après quoi, des escales techniques ont été faits respectivement au niveau du point de regroupement des déchets solides ménagers en plein chantier et au niveau du CEG de Hêvié, avant de se rendre à l'Epp de Houinmey, pour l'inauguration d'un module de trois classes. Sous la clairvoyance du CA Nathanäel Sokpoékpé, le Conseil Communal a été arrosé d'éloges par les différents intervenants dont M. Azinmangba, Chef village de Houinmey. Si pour le CA Nathanäel Sokpoékpé, ce n'est que justice que de saluer la volonté du Maire Georges Bada à accompagner la dynamique de développement insufflée à Hêvié, pour le Directeur de l'Epp de Houinmey, l'équipement en tables bancs, du joyau qui vient d'être érigé est une préoccupation principale. Le Maire ne s'en dérobe d'ailleurs pas. Dans son intervention, il a promis une centaine de tables bancs à cette école, d'ici la fin du mois de mars. L'occasion faisant le larron, l'Autorité communale et sa suite, se sont rendues sur le chantier de construction du pont de Hêvié, pour s'enquérir de l'évolution des travaux et des éventuelles difficultés que rencontre l'entreprise adjudicataire et qui pourraient éventuellement influer sur le délai d'exécution des travaux. On retient grosso modo que tout évolue normalement et que rien n'entacherait la livraison d'un travail de qualité dans le délai contractuel requis.

...

Conseil des Ministres du 8 mars 2017

Conseil des Ministres du 8 mars 2017

Le Président de la République, Chef de l’Etat, Chef du Gouvernement, a présidé le Conseil des Ministres de ce jour, mercredi 8 mars 2017. Au nombre des dossiers étudiés, j’ai retenu trois (03) sujets majeurs à votre attention.



1- Projet de décret portant transmission à l’Assemblée nationale, pour autorisation de ratification, de la Convention Médicrime.



La Convention MEDICRIME est une Convention de droit pénal contre le trafic des faux produits médicaux et les infractions similaires menaçant la santé publique.



Cette convention du Conseil de l’Europe, ouverte à tous les pays, est entrée en vigueur le 1er janvier 2016. Elle vise à prévenir et à combattre les menaces qui pèsent sur la santé publique. Elle incrimine certains actes, protège les droits des victimes des infractions établies conformément à la Convention.



La ratification, par le Bénin, de cette Convention, participe de la volonté du Gouvernement de renforcer la législation sur le trafic des faux médicaments et la vente illicite des produits pharmaceutiques.



Par ailleurs, notre pays a abrité de nombreuses rencontres dédiées à la lutte contre les faux médicaments.



Il s’agit en l’occurrence de la rencontre internationale de Cotonou (en octobre 2009), initiée par la Fondation Chirac et ayant débouché sur « l’Appel des Chefs d’Etat et de Gouvernement contre les faux médicaments ».



Il s’agit aussi du Forum, organisé à Cotonou en octobre 2016, sur la qualité du circuit d’importation et de distribution des médicaments.



En outre, le Gouvernement affiche dans ˝Bénin Révélé˝ un volet relatif à l’amélioration des services sanitaires qui prévoit notamment des actions de lutte contre la contrefaçon des produits médicaux et la distribution des faux médicaments.



Ces actions de lutte ont été récemment engagées et seront poursuivies contre les acteurs de commerce illicite de médicaments.



La ratification de la Convention MEDICRIME s’inscrit donc dans cette stratégie et vise à améliorer les services sociaux de base, à renforcer l’assainissement du sous-secteur pharmaceutique et ce, dans l’intérêt de la santé des populations.



C’est pourquoi le Conseil a adopté le projet de décret, et a instruit les ministres concernés à l’effet d’obtenir de l’Assemblée nationale, l’autorisation de ratification de la Convention MEDICRIME, et la formalisation de ladite ratification auprès du Conseil de l’Europe.



2- Mise en œuvre du projet « Réinventer la cité lacustre de Ganvié ».



Le projet « Réinventer la cité lacustre de Ganvié » est l’un des projets phares retenu par le PAG, en vue de faire du tourisme, un pilier majeur de l’économie béninoise.



Ce projet vise à faire de Ganvié, à travers la réhabilitation de son habitat, de son cadre de vie et de sa protection environnementale, un site pilote de mise en valeur d’un tourisme lacustre respectueux de l’authenticité et des normes environnementales.



Il s’agit donc bien de réinventer Ganvié sur ses bases culturelles et sociales fortes et solides.



Il s’agit aussi de l’inscrire, dans un processus de réhabilitation et de rénovation, sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO sachant qu’il est seulement, à ce jour, inscrit sur la liste indicative de l’Organisation.



Le Conseil a pris connaissance des conclusions de l’étude de faisabilité du projet.



Il a instruit le Ministre du Cadre de Vie et du Développement Durable à l’effet de faire engager les études de détails qui porteront sur 9 secteurs d’intervention, à savoir : l’urbanisme, la rénovation de l’habitat, les équipements de confort, la santé, l’enseignement, la formation continue, l’environnement du lac, la pêche et le tourisme.



Chaque secteur fera l’objet de développement de projets spécifiques. Ce projet impactera à terme les populations locales de toute la Commune de SO-AVA.



La durabilité du projet appelle donc une adhésion des populations à la base et des élus locaux. Le Gouvernement s’y emploiera.



3- Rencontre d’une délégation du Bénin avec les autorités françaises pour l’opérationnalisation du processus de restitution des biens culturels du Bénin en France.



Le Conseil a autorisé l’organisation d’une rencontre entre une délégation officielle du Bénin et les autorités françaises pour l’opérationnalisation du processus de restitution des biens culturels du Bénin en France.



Faut-il le rappeler, cette demande de restitution se justifie par le souhait de notre pays de mieux faire connaître à nos populations la valeur de nos biens culturels et historiques à l’étranger.



La démarche du Bénin respecte la vision de l’UNESCO pour le transfert des biens culturels à leurs pays d’origine ou pour leur restitution en cas d’appropriation illégale.



En effet, sur la base de la Convention de 1970, plusieurs pays africains, américains ou asiatiques ont déjà pu récupérer nombre de biens culturels ou historiques auprès de pays étrangers.



Au titre des biens réclamés par notre pays, figurent les trésors des Rois de Danxomè emportés par le conquérant français.



Plusieurs démarches ont été déjà engagées en direction de la partie française.



La rencontre dont l’autorisation a été approuvée par le Conseil, offrira l’occasion de poursuivre les pourparlers afin de faciliter l’accès à ces objets emportés.



En marge de cette rencontre, notre délégation profitera également de l’occasion pour engager les formalités nécessaires à la récupération des documents que le professeur Gilbert ROUGET se propose d’offrir gracieusement à notre pays.



Enfin, à l’issue de la séance, le Conseil a autorisé l’organisation à Cotonou, du 13 au 15 mars 2017, de la 10ème édition de la Conférence internationale sur le Karité qui rassemblera 500 intervenants de l’Industrie du karité, et dont le thème central est intitulé les graines du changement.



Je vous remercie.

...

Construction d'infrastructures socio-communautaires dans la commune d'Abomey-Calavi : Le Maire Bada dans la dynamique de changer le visage de Godomey et Calavi (Images de l'école publique primaire Sèdonou Alomakoun Zogbadjè)

																								Construction d'infrastructures socio-communautaires dans la commune d'Abomey-Calavi : Le Maire Bada dans la dynamique de changer le visage de Godomey et Calavi (Images de l'école publique primaire Sèdonou Alomakoun Zogbadjè)

Les arrondissements de Godomey et de Calavi-Centre, auront d'ici 4 mois au plus tard, leur part des grands chantiers ouverts par le Conseil Communal d'Abomey-Calavi sous la férule du Maire Georges Bada. Dans le cadre de la série de tournées qu'il a en effet entamée sur son territoire de compétence en vue du lancement de plusieurs chantiers avec obligation aux entreprises adjudicataires du respect du délai contractuel, la délégation communale a lancé, ce vendredi 03 mars 2017, les travaux de construction de plusieurs infrastructures socio-communautaires.



Le périple du Maire et de sa suite a démarré par le siège de l'arrondissement de Godomey. Conscient de ce que la salle de conférence de cet arrondissement est devenue trop petite pour abriter les sessions des conseils d'arrondissement et autres réunions importantes de l'arrondissement, le CA Germain Cadja-Dodo et les 17 autres élus de Godomey, ont plaidé le dossier au Conseil Communal pour la construction en 6 mois sur le Fadec 2015, d'une grande salle de conférence au rez-de-chaussée; une salle salle de conférence dotée d'une salle de spectacle, de 5 vestiaires pour femmes et hommes. Une fois construit, le nouveau joyau sera équipé. Un investissement de plus de 85 millions Fcfa, a été prévu à cet effet. Cela justifie la satisfaction du CA Cadja-Dodo à l'occasion de la cérémonie de remise de site à l'entreprise adjudicataire: " Ce qui se passe ce matin, n'est pas des choses de tous les jours. L'arrondissement de Godomey, avec plus de 500 mille âmes et l'augmentation du nombre de quartiers (49) et d'élus locaux, ne dispose pas de local pour abriter convenablement ses réunions. Il est question de remédier à cet état de choses. Comme on a coutume de le dire, gouverner, c'est prévoir. Et je constate avec plaisir que le Maire a une vision futuriste, que le Maire écoute les gens. Il nous a soutenus pour que dans le fonds Fadec 2015, nous ayons une grosse part pour la construction de notre salle de conférence aux fins de nous permettre de travailler à l'aise. Je suis dans le Conseil Communal d'Abomey-Calavi depuis la première mandature. J'ai exprimé nos besoins, les besoins de Godomey sous d'autres mandats, mais je n'ai pas été écouté. Ce que fait le Maire Bada pour changer positivement les choses est extraordinaire'', se rejouit-il avant d'exprimer son souhait de voir pavée la grande voie qui passe devant l'arrondissement.



Bernard Binazon, ancien Chef quartier de Godomey Salamey, président du Collectif des chefs quartiers d'Abomey-Calavi par dessus le marché, note également une volonté manifeste du Maire Georges Bada à sortir le plus populeux arrondissement de la commune dont il a la charge et tous les autres arrondissements d'ailleurs, des sentiers battus et ce, en posant des actes concrets au bénéfice de ses administrés.

L'Autorité communale, quant à elle, se refuse d'être le messie qui a la baguette magique de changer tout, ici et maintenant. Très humblement, il indique que le développement des quartiers et villages, les développement des 9 arrondissements et donc de la Commune, sera amorcé lentement mais sûrement. En ce qui concerne la doléance relative au pavage de la voie qui passe devant l'arrondissement, le Maire annonce que cet axe sera pris en compte dans le Projet d'asphaltage à exécuter sous peu par le gouvernement du nouveau départ. Aussi, projette-t-il de peser de tout son poids dans la balance pour que progressivement dans les 9 anciens quartiers de Godomey, soient construits sur le budget Communal, des sièges pour les Chefs quartiers. Cette mesure qui va s'étendre aux autres arrondissements, permettra d'éviter que les CQ et CV continuent d'utiliser leur domicile privé comme siège.



L'éducation, la priorité des priorités pour le Maire Bada

Comme ce fut le cas quelques heures plus tôt dans les arrondissements d'Akassato, de Golo-Djigbé et de Zinvié, le Maire a mis un point d'orgue sur le secteur de l'éducation dans sa politique d'investissements locaux. Le No 1 de la Commune explique son choix en s'inspirant de la pensée de Roosevelt, pour qui, l'arme la plus efficace pour tuer une Nation, c'est l'éducation. ''Pour tuer un pays, il faut tuer son éducation '', a déclaré et réitéré plusieurs fois le Maire avant la remise des sites de construction d'un module de trois salles de classes à l'Epp Dèkoungbé et d'un module de deux classes avec bureau et magasin à l'Epp Cococodji jardin. Si à l'Epp Dèkoungbé, les doléances sont allées dans le sens de la reconstruction d'un bâtiment existant mais non utilisé par les apprenants pour mesures de sécurité et également dans le sens de la continuation du pavage de la voie jusqu'à Adounko, à l'Epp Cococodji jardin, le CQ Tchiakpè a mis l'accent sur les problèmes frontaliers qui se posent ici et là à Cococodji avec la commune voisine de Ouidah. Le CA Cadja-Dodo a également insisté sur ce point. Face à ces inquiétudes légitimes, le Maire Georges Bada répond : "Nous ferons en sorte de laisser intactes les surfaces concédées par les textes à la commune d'Abomey-Calavi. Nous avons le devoir de conserver notre territoire tout en gardant toujours de bonnes relations avec la commune soeur de Ouidah.'', a déclaré avec autorité le Maire Georges Bada.



Dans la soirée de ce vendredi 03 mars 2017, la délégation communale a visité respectivement l'Ecole Primaire Publique Sèdonou Alomakoun de Zogbadjè et l'Ecole Primaire Publique Calavi Finafa dans l'arrondissement central de Calavi. A l'Epp Sèdonou Alomakoun, Mme Marguerite Acacha et Bernard Hounsou, respectivement Chef quartier de Zogbadjè et CA de Calavi-Centre ont tour à tour félicité le Maire pour l'attention accordée à cette école qui, disent-ils, va recevoir d'ici trois mois, ses premiers bâtiments administratifs dont les caractéristiques présentées par le Directeur des Services Techniques Dieu-Donné Mègninnou, sont: un module de trois classes avec bureau, magasin et équipements. Il a été demandé au Maire par le représentant des sages et notables, de régler les problèmes d'occupation des réserves administratives par des tiers à Zogbadjè ; sans oublier les limitrophes de l'Epp Sèdonou Alomakoun. Mêmes caractéristiques pour l'ouvrage que le Conseil Communal entend réaliser à l'Ecole Primaire Publique de Calavi Finafa. Prévus pour durer selon le délai contractuel, quatre mois, les travaux de construction de ce joyau scolaire, seront livrés, à s'en tenir aux engagements de l'entrepreneur en charge, dans un délai rigoureux de 100 jours.



Par ailleurs, cette école située au cœur de la ville d Abomey-Calavi, n'est pas clôturée. M. Atindéhou qui en est le Directeur, l'a clairement exprimé dans son mot de gratitude au Maire et à son Conseil Communal. L'Autorité communale se porte garant de plaider au Conseil Communal pour que cette clôture soit réalisée avant la fin de cette année 2017.



Il faut mentionner pour finir que le Maire Georges Bada a, au cours de son périple dans les arrondissements, demandé que les acteurs de l'école, les élus locaux et communaux, les Associations des parents d'élèves, marquent à la culotte les entreprises en charge des travaux, afin que leurs réalisations soient des prestations de qualité, en temps requis, partout où les chantiers viennent d'être ouverts sur le territoire de la commune d'Abomey-Calavi.

...

Construction d'infrastructures socio-communautaires dans la commune d'Abomey-Calavi : Le Maire Bada dans la dynamique de changer le visage de Godomey et Calavi (Images de l'Ă©cole publique primaire de Cococodji jardin)

																								Construction d'infrastructures socio-communautaires dans la commune d'Abomey-Calavi : Le Maire Bada dans la dynamique de changer le visage de Godomey et Calavi (Images de l'Ă©cole publique primaire de Cococodji jardin)

Les arrondissements de Godomey et de Calavi-Centre, auront d'ici 4 mois au plus tard, leur part des grands chantiers ouverts par le Conseil Communal d'Abomey-Calavi sous la férule du Maire Georges Bada. Dans le cadre de la série de tournées qu'il a en effet entamée sur son territoire de compétence en vue du lancement de plusieurs chantiers avec obligation aux entreprises adjudicataires du respect du délai contractuel, la délégation communale a lancé, ce vendredi 03 mars 2017, les travaux de construction de plusieurs infrastructures socio-communautaires.



Le périple du Maire et de sa suite a démarré par le siège de l'arrondissement de Godomey. Conscient de ce que la salle de conférence de cet arrondissement est devenue trop petite pour abriter les sessions des conseils d'arrondissement et autres réunions importantes de l'arrondissement, le CA Germain Cadja-Dodo et les 17 autres élus de Godomey, ont plaidé le dossier au Conseil Communal pour la construction en 6 mois sur le Fadec 2015, d'une grande salle de conférence au rez-de-chaussée; une salle salle de conférence dotée d'une salle de spectacle, de 5 vestiaires pour femmes et hommes. Une fois construit, le nouveau joyau sera équipé. Un investissement de plus de 85 millions Fcfa, a été prévu à cet effet. Cela justifie la satisfaction du CA Cadja-Dodo à l'occasion de la cérémonie de remise de site à l'entreprise adjudicataire: " Ce qui se passe ce matin, n'est pas des choses de tous les jours. L'arrondissement de Godomey, avec plus de 500 mille âmes et l'augmentation du nombre de quartiers (49) et d'élus locaux, ne dispose pas de local pour abriter convenablement ses réunions. Il est question de remédier à cet état de choses. Comme on a coutume de le dire, gouverner, c'est prévoir. Et je constate avec plaisir que le Maire a une vision futuriste, que le Maire écoute les gens. Il nous a soutenus pour que dans le fonds Fadec 2015, nous ayons une grosse part pour la construction de notre salle de conférence aux fins de nous permettre de travailler à l'aise. Je suis dans le Conseil Communal d'Abomey-Calavi depuis la première mandature. J'ai exprimé nos besoins, les besoins de Godomey sous d'autres mandats, mais je n'ai pas été écouté. Ce que fait le Maire Bada pour changer positivement les choses est extraordinaire'', se rejouit-il avant d'exprimer son souhait de voir pavée la grande voie qui passe devant l'arrondissement.



Bernard Binazon, ancien Chef quartier de Godomey Salamey, président du Collectif des chefs quartiers d'Abomey-Calavi par dessus le marché, note également une volonté manifeste du Maire Georges Bada à sortir le plus populeux arrondissement de la commune dont il a la charge et tous les autres arrondissements d'ailleurs, des sentiers battus et ce, en posant des actes concrets au bénéfice de ses administrés.

L'Autorité communale, quant à elle, se refuse d'être le messie qui a la baguette magique de changer tout, ici et maintenant. Très humblement, il indique que le développement des quartiers et villages, les développement des 9 arrondissements et donc de la Commune, sera amorcé lentement mais sûrement. En ce qui concerne la doléance relative au pavage de la voie qui passe devant l'arrondissement, le Maire annonce que cet axe sera pris en compte dans le Projet d'asphaltage à exécuter sous peu par le gouvernement du nouveau départ. Aussi, projette-t-il de peser de tout son poids dans la balance pour que progressivement dans les 9 anciens quartiers de Godomey, soient construits sur le budget Communal, des sièges pour les Chefs quartiers. Cette mesure qui va s'étendre aux autres arrondissements, permettra d'éviter que les CQ et CV continuent d'utiliser leur domicile privé comme siège.



L'éducation, la priorité des priorités pour le Maire Bada

Comme ce fut le cas quelques heures plus tôt dans les arrondissements d'Akassato, de Golo-Djigbé et de Zinvié, le Maire a mis un point d'orgue sur le secteur de l'éducation dans sa politique d'investissements locaux. Le No 1 de la Commune explique son choix en s'inspirant de la pensée de Roosevelt, pour qui, l'arme la plus efficace pour tuer une Nation, c'est l'éducation. ''Pour tuer un pays, il faut tuer son éducation '', a déclaré et réitéré plusieurs fois le Maire avant la remise des sites de construction d'un module de trois salles de classes à l'Epp Dèkoungbé et d'un module de deux classes avec bureau et magasin à l'Epp Cococodji jardin. Si à l'Epp Dèkoungbé, les doléances sont allées dans le sens de la reconstruction d'un bâtiment existant mais non utilisé par les apprenants pour mesures de sécurité et également dans le sens de la continuation du pavage de la voie jusqu'à Adounko, à l'Epp Cococodji jardin, le CQ Tchiakpè a mis l'accent sur les problèmes frontaliers qui se posent ici et là à Cococodji avec la commune voisine de Ouidah. Le CA Cadja-Dodo a également insisté sur ce point. Face à ces inquiétudes légitimes, le Maire Georges Bada répond : "Nous ferons en sorte de laisser intactes les surfaces concédées par les textes à la commune d'Abomey-Calavi. Nous avons le devoir de conserver notre territoire tout en gardant toujours de bonnes relations avec la commune soeur de Ouidah.'', a déclaré avec autorité le Maire Georges Bada.



Dans la soirée de ce vendredi 03 mars 2017, la délégation communale a visité respectivement l'Ecole Primaire Publique Sèdonou Alomakoun de Zogbadjè et l'Ecole Primaire Publique Calavi Finafa dans l'arrondissement central de Calavi. A l'Epp Sèdonou Alomakoun, Mme Marguerite Acacha et Bernard Hounsou, respectivement Chef quartier de Zogbadjè et CA de Calavi-Centre ont tour à tour félicité le Maire pour l'attention accordée à cette école qui, disent-ils, va recevoir d'ici trois mois, ses premiers bâtiments administratifs dont les caractéristiques présentées par le Directeur des Services Techniques Dieu-Donné Mègninnou, sont: un module de trois classes avec bureau, magasin et équipements. Il a été demandé au Maire par le représentant des sages et notables, de régler les problèmes d'occupation des réserves administratives par des tiers à Zogbadjè ; sans oublier les limitrophes de l'Epp Sèdonou Alomakoun. Mêmes caractéristiques pour l'ouvrage que le Conseil Communal entend réaliser à l'Ecole Primaire Publique de Calavi Finafa. Prévus pour durer selon le délai contractuel, quatre mois, les travaux de construction de ce joyau scolaire, seront livrés, à s'en tenir aux engagements de l'entrepreneur en charge, dans un délai rigoureux de 100 jours.



Par ailleurs, cette école située au cœur de la ville d Abomey-Calavi, n'est pas clôturée. M. Atindéhou qui en est le Directeur, l'a clairement exprimé dans son mot de gratitude au Maire et à son Conseil Communal. L'Autorité communale se porte garant de plaider au Conseil Communal pour que cette clôture soit réalisée avant la fin de cette année 2017.



Il faut mentionner pour finir que le Maire Georges Bada a, au cours de son périple dans les arrondissements, demandé que les acteurs de l'école, les élus locaux et communaux, les Associations des parents d'élèves, marquent à la culotte les entreprises en charge des travaux, afin que leurs réalisations soient des prestations de qualité, en temps requis, partout où les chantiers viennent d'être ouverts sur le territoire de la commune d'Abomey-Calavi.

...

Tournée du Maire dans les arrondissements sous tutelle : Georges Bada déclenche une opération d'investissements tous azimuts dans la commune d'Abomey-Calavi

												Tournée du Maire dans les arrondissements sous tutelle : Georges Bada déclenche une opération d'investissements tous azimuts dans la commune d'Abomey-Calavi

La machine à développer étiquetée Georges Adédjoyé Bada fonctionne à plein régime. Après avoir passé un temps d'observation des procédures de passation des marchés publics et déblayé totalement le terrain, la première autorité de la commune d'Abomey-Calavi a déclenché pour le compte de l'année 2017, une série d'actions dont la finalité est de permettre à ses administrés de vivre mieux. Il s'agit de la construction d'infrastructures socio-communautaires (écoles, marchés, centres de loisirs, routes, forages, etc) réparties dans chacun des 9 arrondissements que sont Godomey, Akassato, Calavi, Golo-Djigbé, Ouèdo, Zinvié, Togba, Hêvié, et Kpanroun puis d'érection de bâtiments administratifs pour les services communaux dans les conditions optimales de travail. De sources concordantes, on apprend que pour le compte de cette année, des chantiers seront ouverts dans la commune d'Abomey-Calavi jusqu'à hauteur de 2 milliards de nos francs. Depuis ce jeudi 02 mars 2017, l'autorité communale, à la taille d'une forte délégation, a entamé un périple dans les arrondissements pour des remises de sites aux entreprises adjudicataires, suivies de lancement des travaux de construction de modules de classes et également de réception d'infrastructures déjà réalisées par ailleurs. La randonnée communale a amené le Maire et sa suite (les deux Adjoints, des Conseillers communaux, les Directeurs Techniques et Cadres de la Mairie), successivement dans les arrondissements d'Akassato, de Golo-Djigbé et de Zinvié. Dans le premier arrondissement cité supra, l'autorité s'est contentée de réceptionner officiellement la salle de réunion de cet arrondissement qui a fait peau neuve et dotée en mobiliers de bureau. Elle a par la suite mis le cap sur Gbétagbo où, à l'Ecole Primaire Publique de cette localité, a été faite une remise de site pour la construction, dans un délai impératif de trois mois, d'un module de trois classes au profit des apprenants. C'est tout ceci qui justifie la joie du CA Hounguè Apollinaire, pour qui, l'avènement du Maire Georges Bada à la tête de la commune d'Abomey-Calavi, est une chance pour tous les arrondissements, celui d'Akassato y compris.



Une chance également pour l'arrondissement de Golo-Djigbé qui a bénéficié déjà de la construction d'infrastructures marchandes: 8 boutiques et 8 hangars inaugurés au profit des usagers du grand marché de Golo-Djigbé. Il y a de quoi soulager ces derniers et leur premier responsable Thomas Ouinsou Ludger. Ce dernier n'a pas tari de mots, pour vanter les mérites du Maire Georges Bada: "S'il cite deux arrondissements, le troisième c'est Golo-Djigbé '', confesse-t-il pour dire quelle attention le No 1 de la commune d'Abomey-Calavi accorde à l'arrondissement de Golo-Djigbé. Ceci transparaît d'ailleurs dans les propos liminaires du Maire. Il a en effet rappelé à toutes fins utiles dans son intervention que, l'arrondissement de Golo-Djigbé va se révéler à la commune d'Abomey-Calavi en particulier et au Bénin en général avec la construction par le gouvernement du nouveau départ de l'aéroport international. Cap a été ensuite mis, dans quelques encablures du marché, sur l'école maternelle de Golo-Djigbé. Ici sera érigé pour ces bouts de bois de Dieu, un module de deux classes plus bureau et magasin. Le délai contractuel d'exécution des travaux est de 3 mois également.



Enfin, la journée a été bouclée par une descente musclée à l'arrondissement de Zinvié. Christophe Ayissi, Chef de terre a mis les petits plats dans les grands pour un accueil majestueux au Maire Bada. En témoignage des nombreuses sollicitudes que ce dernier accorde à l'arrondissement de Zinvié. Il n'est pas superflu de rappeler que dans cet arrondissement-ci, le Conseil Communal présidé par le Maire Georges Bada a remis le site de la construction d'un module de deux classes à Houègoudo. Selon Boris Houessionon, l'intrépide Chef du Secrétariat des Marchés Publics de la Mairie d'Abomey-Calavi, ce joyau consacre la création d'une école pour marquer ainsi les limites territoriales de l'arrondissement de Zinvié convoitées par ses voisins. L'entreprise a rigoureusement 4 mois pour livrer le module de classes. Dans la même veine de politique d'investissements dans le secteur de l'éducation, le Maire et sa délégation se sont rendus au Complexe scolaire de Zinvié-Fandji. Ici, il est question pour l'autorité de corriger un déficit d'infrastructures scolaires dû au besoin tangible exprimé en la matière à Sokan, un nouveau village voisin à Zinvié-Fandji mais qui ne dispose pas d'école. Selon M. Houessionon, il s'agit de construire ici un module de deux classes plus bureau en appoint aux autres modules de classes pour contenir le trop plein causé par les apprenants venus du nouveau village Sokan. Alors que le délai contractuel a prévu trois mois, l'entreprise adjudicataire de ces travaux s'est engagée à les livrer en deux mois maximum. Toute la communauté scolaire et les parents d'élèves de Zinvié sont très enthousiasmés par les œuvres salvatrices en voie d'être posées dans leur localité. Le CA Ayissi a, pour la circonstance, adulé le Maire pour son sens aigu de développement: '' A sa prise de service le Maire Georges Bada a déclaré que son avion n'a pas de rétroviseur ", rappelle celui qui est affectueusement appelé le ''Prince Bourgeois'', avant de conclure: " Ce refus d'épiloguer sur l'état des lieux ou sur l'héritage à lui légué, s'est transformé en feuille de route dont nous célébrons ci bien les retombées ''. A son tour, le Maire Georges Bada loue la perspicacité et la complicité positive du duo Christophe Ayissi et Dansou Dossa au sein du Conseil Communal d'Abomey-Calavi, pour décrocher des projets vitaux au profit de l'arrondissement de Zinvié.



On ne saurait terminer sans mentionner que le Maire et sa délégation sont ce vendredi 03 mars 2017 dans les arrondissements de Godomey et de Calavi-Centre avant d'engager la même offensive la semaine prochaine dans les arrondissements de Togba, Ouèdo et Hêvié pour le même exercice.

...

Réunion mensuelle entre structures déconcentrées de l'Etat et structures décentralisées de la commune d'Abomey-Calavi : Le Maire Bada opte pour des actions concertées pour des résultats probants

												Réunion mensuelle entre structures déconcentrées de l'Etat et structures décentralisées de la commune d'Abomey-Calavi : Le Maire Bada opte pour des actions concertées pour des résultats probants

L'initiative émane du Conseil Communal présidé par le Maire Georges Bada mais elle fait école dans bien de communes du Bénin. Une fois par mois, c'est-à-dire tous les derniers lundis du mois, les structures déconcentrées de l'Etat qui accompagnent les structures décentralisées de la commune d'Abomey-Calavi dans son élan de développement, se retrouvent autour d'une même table pour échanger sur des questions relatives au cadre, aux conditions de vie et de travail des populations. Consciente de l'importance des services socio-communautaires que ces deux entités politico-administratives sont appelées à offrir pour un mieux-être des populations, l'équipe communale dirigée par le Maire Georges Bada tient à cette assise statutaire comme à la prunelle des yeux.



Ce lundi 27 février 2017, ces partenaires au développement de la commune d'Abomey-Calavi se sont encore retrouvés pour passer aux peignes fins les différents problèmes auxquels sont destinées les populations. Pour la première autorité communale, cette rencontre vise à harmoniser les points de vue des différents acteurs opérant sur le territoire de la commune d'Abomey-Calavi autour des difficultés qui assaillent au quotidien les populations, pour in fine, y trouver des solutions dans une approche concertée. Pour le compte de la dernière assise de cette réunion statutaire, les réflexions ont essentiellement tourné autour des services de la Sbee, de la Soneb, de la Sécurité et de la Santé. On retient grosso modo selon les représentants de la Sbee et de la Soneb, qu'au titre de l'année 2018, d'importants projets permettant d'améliorer considérablement le taux d'accessibilité des populations d'Abomey-Calavi à l'eau et à l'énergie électrique, sont retenus dans le Programme d'Actions du Gouvernement du Président Patrice Talon. Tout en saluant cette marque d'attention du régime en place vis-à-vis de la commune d'Abomey-Calavi, le Maire Georges Bada a souhaité qu'en attendant que ces projets de haute portée de développement n'entrent dans leur phase active, le minimum vital soit assuré à ses administrés. Le plaidoyer de l'autorité communale est allé dans le sens de la définition des voies et moyens pour la résolution des problèmes d'accès à l'eau potable dans plusieurs villages et quartiers des arrondissements de Ouèdo, de Godomey, de Hêvié, etc. De même, l'éclairage public défaillant sur l'axe Godomey-Missessinto via Akassato, cause d'insécurité routière a été une préoccupation du Maire, de ses Adjoints et de ses collaborateurs. A la question de savoir ce qui est faisable pour que cesse la destruction des infrastructures réalisées à grands frais, les poteaux électriques et feux tricolores y compris, par les gros porteurs et autres usagers indélicats de la route, le Directeur d'exploitation Adjoint de la Sbee répond en dénonçant l'incivisme des usagers de la route. Il fait également observer que la fonctionnalité des feux tricolores est du ressort des mairies. Toutefois, il assure de la disponibilité de la Sbee à accompagner les autorités communales dans leur politique énergétique.



Même assurance du côté du Représentant de la Soneb qui indique par ailleurs les formalités d'usage pour avoir satisfaction des demandes d'Adduction d'Eau Villageoise exprimées dans les arrondissements de Calavi-Centre et de ses environs.

Sur le plan sanitaire, il est à signaler que le Médecin Chef d'Abomey-Calavi, Mme Adjadohoun, a dressé un chapelet de doléances; des doléances pour lesquelles elle sollicite l'accompagnement de la Mairie. Mais ces sollicitations se sont heurtées à des appréhensions au regard de la modicité du budget communal. Christophe Ayissi, CA de Zinvié, a suggéré que les structures déconcentrées de l'Etat expriment dorénavant des besoins dans la limite du réalisable par le budget Communal. Autrement, il les oriente vers leurs ministères de tutelle dont dépend leur budget d'investissement et de fonctionnement. Cette observation a été renchérie par le premier Adjoint au Maire, Victor Adimi.





Point d'orgue sur la carte sécuritaire de la commune d'Abomey-Calavi

L'autre sujet sur lequel les échanges entre structures deconcentrées de l'Etat et structures décentralisées se sont focalisés ce dernier lundi du mois de février 2017, c'est la sécurité, une question tout aussi primordiale que celles d'eau et d'énergie électrique. Le Maire Georges Bada a fait remarquer qu'il n'y a point de développement dans un pays ou dans une commune où règne l'insécurité. A ce sujet, les responsables des structures déconcentrées des forces de sécurité publique (police, gendarmerie, sapeurs pompiers, forces armées, Dsld), ont tour à tour présenté à l'assistance et dans la limite de ce qui ne relève pas de la discrétion, les dispositions prises pour un quadrillage sécuritaire effectif de la commune d'Abomey-Calavi. Le Commandant Compagnie, M. Didier Ahannoumè, a saisi cette opportunité pour partager avec l'assistance la nouvelle carte sécuritaire que le gouvernement du nouveau départ a commencé par rendre opérationnelle. C'est là une question fondamentale qui mérite selon le Maire, une réflexion approfondie dans un cadre restreint qui rassemble les acteurs de la sécurité, l'Exécutif communal et les Chefs d'arrondissements. Pour lui, il urge de faire l'état des lieux par rapport à la sitution sécuritaire dans la commune d'Abomey-Calavi avant la mise en application du décret de l'an 2000 qui change considérablement la carte sécuritaire qui était de mise sur toute l'étendue du territoire national. Quitus a été donné au Maire pour cette séance très enrichissante. Il en ressort que des plaidoyers doivent être faits pour que les moyens roulants et matériels alors affectés aux anciens commissariats soient rétrocédés aux unités de gendarmerie démultipliées pour assurer une couverture sécuritaire intégrale de la commune en phase avec la nouvelle carte sécuritaire.



Par la même occasion, il est souhaité par le CA de Godomey, Germain Cadja-Dodo et par Paulin Dossa, Président de la Commission chargée de la sécurité et des calamités, que le cas de l'arrondissement de Godomey soit exceptionnellement traité au regard de la taille démographique de cet arrondissement. Enfin, les questions liées aux Comités Locaux de Sécurité (CLS) ont été aussi évoquées. Les agents de sécurité publique ont promis faire l'attelage necessaire, aux fins de concrétiser dans la paix et la concorde, la réforme de ''police de proximité'' chère au gouvernement de Patrice Talon.

...

Gouvernance concertée à la Mairie d'Abomey-Calavi : La deuxième série des réunions tournantes de municipalité démarre en mars à Akassato

												Gouvernance concertée à la Mairie d'Abomey-Calavi : La deuxième série des réunions tournantes de municipalité démarre en mars à Akassato

L'expérience a commencé en 2016 à Hêvié. La réunion statutairement prévue par l'article 64 de la loi 97-029 du 15 janvier 1999 portant organisation des communes en République du Bénin et qui fait obligation aux structures de commandement de la commune de se retrouver une fois par mois pour une évaluation d'étape, arrondissement par arrondissement de la gouvernance de la commune, a repris de plus belle ce mardi 28 février 2017. Après avoir fait le tour des 9 arrondissements de la commune, le Maire et ses Adjoints, les Chefs d'Arrondissements, la Directrice de cabinet, les Directeurs techniques centraux de la Mairie, le Secrétaire Général et son Adjointe et les Chargés de Missions du Maire, se sont retrouvés cette fois-ci dans les locaux de la Mairie pour faire un bilan de cette expérience novatrice à l'actif de l'équipe dont le Capitaine est Georges Bada. A cette occasion, il était question pour chacun des acteurs de dire si oui ou non, il faut pérenniser la tradition consistant à délocaliser cette assise statutaire.



Sur la question, les différents Chefs d'Arrondissements et les Adjoints au Maire, ont été unanimes sur le fait que les réunions tournantes de municipalité sont devenues irréversibles au regard des acquis et de la portée qu'elles ont eus sur l'administration des populations à la base. Si pour les CA de Godomey, de Zinvié, de Hêvié, d'Akassato, de Ouèdo, de Golo-Djigbé , de Togba, de Calavi et de Kpanroun, la délocalisation de cette réunion de l'hôtel de ville vers les arrondissements est le moyen tout trouvé et bien trouvé par l'Exécutif communal de descendre sur le terrain pour constater de visu les problèmes qui assaillent au quotidien les administrés, pour le Maire Georges Bada, l'expérience a permis d'allumer les feux des projecteurs sur les différents arrondissements et de s'imprégner directement des réalités que vivent les populations et d'apporter au besoin des solutions à leurs desideratas. Victor Adimi et Julien Honfo, respectivement premier et deuxième adjoint au Maire, ont abondé dans le même sens. Toutefois, des suggestions ont été faites en vue de l'amélioration de l'organisation de cette séance qu'il convient d'appeler, journée porte-ouverte sur l'un des arrondissements de la commune d'Abomey-Calavi. Des propositions ont été faites dans le sens de réduire la durée de cette réunion. Il est souhaité que le temps de parole des Chefs quartiers et des élus locaux soit réduit. Le CA de Godomey, vu la taille de son arrondissement (49 quartiers ) a souhaité que les Chefs quartiers et villages délèguent dorénavant un porte-parole pour intervenir en leur nom. Mais une telle option approuvée par les CA de Zinvié, d'Akassato, Togba, Calavi, Golo-Djigbé et Ouèdo, a été rejetée par le CA de Hêvié, Nathanäel Sokpoékpé. Il estime que ces réunions de municipalité sont de rares occasions pour les Chefs quartiers et villages de s'adresser directement à leur Maire et qu'il serait inconvenant de créer une discrimination inutile à cette occasion. La lecture de ce jeune et dynamique CA a été approuvée par le Maire Georges Bada. Pour ce dernier, c'est l'expression même de la décentralisation. Il a été convenu, suite à ces observations, que l'intervention des élus locaux soit canalisée, réorganisée et non bâillonnée.



Une fois cette étape d'évaluation terminée, parole a été donnée tour à tour aux CA pour exprimer de nouveaux besoins ou attirer l'attention de l'Autorité communale sur les anciennes doléances non satisfaites. Mais avant, le Maire a pris la parole pour lever un coin de voile sur le Programme d'Actions du Gouvernement qui, selon ses dires, fait une part belle à la commune d'Abomey-Calavi dans les secteurs de route, de l'eau et de l'énergie électrique. Avec aise, il annonce que l'année 2018 sera celle de la commune d'Abomey-Calavi parce que de nombreux chantiers comme celui de l'aéroport de Golo-Djigbé, le contournement qui permettra d'atteindre Cotonou en 15 minutes maximum de trajet, l'hôpital de référence de Zogbadjè, la délocalisation du grand marché de Dantokpa vers Abomey-Calavi et bien d'autres projets sous la férule du gouvernement du nouveau départ qui feront d'Abomey-Calavi, une ville rayonnante et prospère. Il n'a pas oublié les routes Hêvié-Ouèdo-Togba-Calavi Kpota et l'axe de Zinvié déjà en chantier de bitumage, de même que le pont de Sodo et autres infrastructures phares en passe d'être érigées au profit des populations d'Abomey-Calavi et de ses environs.



Il faut le dire tout de suite, cet exposé du Maire, fait nourrir d'espoirs les Chefs d'Arrondissements qui, avec le Maire, rêvent d'un lendemain meilleur pour la commune d'Abomey-Calavi. Néanmoins, ils expriment des besoins urgents relatifs à l'aménagement des voies secondaires en prélude à la saison pluvieuse, la réhabilitation de certains centres de loisirs, la relance de certains chantiers abandonnés dans des écoles des arrondissements de Hêvié, de Ouèdo, etc. Aussi, les CA de Calavi-Centre, de Golo-Djigbé et de Togba, ont-ils demandé à l'administration communale de reprendre langue avec l'ONG École de la Solidarité qui aurait construit des salles de classes au profit de ces arrondissements mais qui aurait gardé les clés par devers elle parce que la Mairie n'a pas payé sa contrepartie contributive. Des explications données par le Directeur des ressources financières et matérielles, Élie Mahougnon Mèvo à ce sujet, il ressort que ce dossier hérité par l'administration et le Conseil Communal Bada, est sur de bonne voie d'être réglé.



Il est à mentionner enfin que la réunion de municipalité du mois de février s'est également penchée sur des questions d'exploitation de carrière de sable, d'ouverture de voies et de lotissement. En attendant la séance prochaine de municipalité qui se tient dans l'arrondissement d'Akassato, l'autorité communale a promis peser de tout son poids dans la balance pour que les aspirations légitimes des CA qui ne sont que l'émanation de la base, soient satisfaites dans la mesure du budget communal.

...

Conseil des Ministres du 1er mars 2017

Conseil des Ministres du 1er mars 2017

Le Président de la République, Chef de l’Etat, Chef du Gouvernement, a présidé le Conseil des Ministres de ce jour, mercredi 1er mars 2017. Au nombre des dossiers étudiés, neuf points majeurs feront l’objet du point de presse.



1- Projet de décret portant critères d’attribution des allocations d’études universitaires et projet de décret portant création, composition, attributions et fonctionnement de la Commission nationale des Bourses et Aides universitaires (CNBAU).



Le Gouvernement a engagé des actions pour uniformiser les curricula de formation, créer plus de diplômes professionnels et promouvoir l’excellence et le système LMD. Ces actions appellent de nouvelles conditions d’attribution des allocations universitaires d’une part, et la mise en place d’une nouvelle Commission nationale des Bourses et aides universitaires d’autre part. En effet, plusieurs dispositions règlementaires ne favorisent pas la mise en œuvre correcte des réformes introduites dans le sous-secteur de l’enseignement supérieur, comme la semestrialisation des évaluations. Depuis lors, des mesures insatisfaisantes sont pratiquées pour gérer le système d’attribution des bourses. A cet effet, les travaux de relecture et de toilettage des textes, démarrés il y a quelque temps, ont été repris et conduits à terme. Le Conseil a adopté les deux projets de décret. Ceci permet notamment au sous-secteur de l’Enseignement supérieur de rénover les critères de sélection et d’attribution des allocations d’études universitaires.



2- Opération de recensement complémentaire des ménages installés sur le territoire du Grand Nokoué (Cotonou, Abomey-Calavi, Ouidah, Sèmè-Podji et Porto-Novo) dans le cadre de la mise en œuvre des projets « Asphaltage » et « Modernisation de la gestion des déchets solides ménagers ». Le pilier 3 de Bénin Révélé vise l’amélioration des conditions de vie des populations. L’Axe stratégique 7 de ce Pilier comporte le projet phare portant « Gestion des déchets solides ménagers ».



La mise en œuvre de ce projet a démarré en octobre 2016, par une étude exploratoire et de cadrage dans l’agglomération de Cotonou. L’étude de la caractérisation des déchets solides ménagers a été également menée en décembre 2016. Au terme de ces deux études, des propositions d’actions ont été formulées, pour une meilleure gestion des déchets dans l’agglomération de Cotonou. Le Bureau d’Etudes GIRUS International, qui a exécuté les études et la conception de la phase pilote, a été chargé de réaliser une conception technique du projet sur l’ensemble des cinq villes du Grand Nokoué. Cette phase va nécessiter un recensement complémentaire (populations bénéficiaires desdits projets, typologie des quartiers et des logements, données foncières, références des abonnements à l’eau, à l’électricité, au téléphone et à l’enlèvement des déchets ménagers). Le Conseil a approuvé cette opération de recensement complémentaire des ménages et des établissements humains installés sur le territoire du Grand Nokoué dans le cadre de la mise en œuvre des deux projets ˝asphaltage˝ et ˝modernisation de la gestion des déchets solides ménagers˝.



3 - Exécution des travaux d’aménagement et de bitumage de la route Nikki-Kalalé-Sègbana (169,9 Km) par l’entreprise SOROUBAT.



L’aménagement et le bitumage de la route Nikki-Kakalé-Sègbana (169,9 km) figurent parmi les projets phares du PAG. Après avoir suspendu l’exécution du contrat attribué en décembre 2015, le Gouvernement a entrepris des négociations avec l’entreprise SOROUBAT. Cette dernière a consenti de meilleures conditions de réalisation de l’ouvrage. Le coût de l’ouvrage s’établit à 109,1 milliards FCFA TTC. Le Conseil a instruit le Ministre de l’Economie et des Finances et le Ministre des Infrastructures et des Transports, aux fins d’engager les actions urgentes en vue de la passation du marché avec l’entreprise SOROUBAT Bénin.



4 - Exécution des travaux d’aménagement et de bitumage de la Route des Pêches (phase II) : tronçon Adounko-Porte de non retour (23 km) et ses bretelles (30,75 km) par l’entreprise chinoise XINXING Group.



L’aménagement et le bitumage de la Route des Pêches et de ses bretelles d’accès, sont également inscrits au PAG. Il y a deux semaines, nous avions validé la phase I. Aujourd’hui, c’est la phase II, qui couvre 53,75 km, qui est validée par le Conseil. La phase II concerne le tronçon Adounko-Porte de non retour (23 km), la bretelle A : Adounko-Cococodji, 4,73 km à aménager en 2x2 voies ; la bretelle B : Avlékété-Pahou, 5,22 km à aménager en 2X2 voies ; la bretelle C : Porte de non-retour jusqu’à la lagune (bouche du Roy) via Casa del Papa, 12,80 km à aménager en 1x2 voies ; et la bretelle D : Porte de non-retour jusqu’à la RNIE 1 Ouidah, 8 km à aménager en 1x2 voies. Les travaux intègrent un revêtement en enrobé dense (béton bitumineux de 5cm), la construction de neuf (09) ponts en béton de largeur 14,5 m ou 24 m pour une longueur totale de 1628 m linéaires, sans compter les ouvrages hydrauliques et l’éclairage public sur l’ensemble des tronçons ; de même que la construction d’un poste de péage-pesage comportant 5 voies d’entrée, 5 voies de sorties et 4 systèmes de pesage automatique. Le coût total des travaux s’élève à 134,2 milliards de FCFA qu’EXIMBANK de Chine s’engage à financer. Le Conseil a instruit les Ministres concernés à l’effet d’engager toutes les diligences en vue de la conclusion du contrat de réalisation avec l’entreprise chinoise XINXING Group dont l’offre a été, par ailleurs, jugée compétitive par les experts.



5 - Réalisation des études routières de certains projets du PAG.



Au nombre des projets inscrits au PAG figurent : -le projet d’aménagement et de bitumage du tronçon Ancien pont de Cotonou -Direction de la Loterie nationale -Hôtel du Port-Carrefour CENSAD Erevan (5,8 Km) avec aménagement de voies en béton dédiées au trafic portuaire ; -le projet de construction d’une liaison autoroutière entre le Carrefour Sèmè et Porto-Novo (10 km environ) avec la construction d’un nouveau pont sur la lagune de Porto-Novo ; -le projet de renforcement du tronçon Parakou-Béroubouay (142 km) ; -le projet de dédoublement de la RNIE 2 Akassato-Allada-Bohicon, notamment du PK 14,2 au PK 39,6, soit 25,4 km. Le Conseil a instruit le Ministre des Infrastructures et des Transports à l’effet d’engager au plus tôt la réalisation des études technique, économique, environnementale, sociale et de sécurité routière en recourant à la procédure simplifiée de mise en concurrence basée sur la méthode de sélection à moindre coût.



6 - Résultats de l’appel à propositions en mode BOT/CET pour la construction, l’exploitation, la maintenance et le transfert des centrales thermiques dual fuel, sur le site de Maria-Gléta.



Notre parc de production d’énergie électrique doit être renforcé de façon significative pour assurer notre indépendance énergétique. Un appel à propositions, en mode BOT/CET, avait été lancé. 17 entreprises et groupement d’entreprises ont soumissionné. 10 offres ont été reçues, dépouillées et analysées. 3 entreprises ont été retenues pour être attributaires des contrats de concession, pour une période de 15 ans à l’issue de laquelle les centrales thermiques seront transférées en toute propriété à l’Etat. Chaque centrale produira 120 MW, soit au total 360 MW, à un prix hors combustible très compétitif. Il s’agit des sociétés : -JACOBSEN ELEKTRO -ALDWYCH International -Consortium BWSC-AIIM-EN/POWER-IFU Sur une période de 15 ans, le gouvernement réalisera une économie de dépenses dans le secteur de l’énergie électrique de plus de 200 milliards FCFA. Le Conseil a instruit les Ministres concernés aux fins de la signature des contrats de concession en régime BOT/CET avec ces trois partenaires, pour la construction, l’exploitation, la maintenance et le transfert des centrales thermiques à moteurs dual fuel, sur le site de Maria-Gléta.



7 - Appui du Gouvernement de la République populaire de Chine à la réalisation d’adductions d’eau dans trois localités du Bénin (Dassa, Glazoué, Savè).



Le gouvernement a soumis récemment à la partie chinoise, une requête de financement pour la réalisation de certains projets prioritaires dont le projet d’adduction d’eau dans les localités de Dassa, Glazoué et Savè. La partie chinoise a marqué son accord de principe pour l’octroi, au Bénin, de prêts préférentiels pour la réalisation du projet, à travers EXIM BANK-Chine. Le Conseil a pris acte de l’évolution positive du dossier. Il a, en conséquence, instruit les Ministres concernés de poursuivre les négociations afin d’aboutir à la conclusion des accords de financement pour la réalisation du projet d’adduction d’eau dans les localités de Dassa, Glazoué et Savè. Dans cette dynamique, le Conseil a instruit le Ministre de l’Economie et des Finances, et le Ministre de l’Energie, de l’Eau et des Mines, à l’effet d’étendre le projet aux trois autres communes du Département des Collines : Savalou, Bantè et Ouessè.



8 - Nouvelles mesures d’exploitation, de commercialisation et d’exportation du bois et des produits de bois au Bénin.



Le 13 avril 2016, le Conseil des ministres a suspendu l’exploitation et l’exportation des produits forestiers, ainsi que la délivrance des agréments. Une Commission nationale de réforme du secteur a été mise en place, dont le rapport a conduit à la prise de mesures conservatoires en vue de veiller notamment à l’assainissement du secteur, à la sécurisation des outils de contrôle de l’exploitation. Une séance de travail a eu lieu le 27 février 2017, sous la présidence du Chef de l’Etat, avec la participation de tous les acteurs. Cette séance a permis de proposer au Gouvernement, de nouvelles mesures d’assainissement et de réorganisation de la filière du bois, permettant de la rendre plus opérationnelle. Ces nouvelles mesures conforteront l’économie forestière et les métiers du bois tout en préservant nos forêts. Elles ont été approuvées par le Conseil qui a instruit le Ministre du Cadre de Vie et du Développement durable à l’effet de prendre les dispositions nécessaires pour leur application sans faille. Il s’agit principalement de : 1-interdiction de l’exportation de toute essence de bois à l’exception de celles issues des plantations domaniales et privées, notamment le teck, le Gmelina et l’Acacia, quel que soit leur niveau de transformation ; 2-interdiction de l’exploitation des essences issues des forêts naturelles dans le domaine classé de l’Etat ; 3-autorisation de l’exploitation des forêts naturelles protégées, exclusivement pour des fins de consommation nationale ; 4-commercialisation du bois issu des plantations domaniales de l’ONAB par la vente aux enchères, à tous les usagers agréés par l’administration forestière, de volume défini sur une période de livraison, sur la base d’un prix plancher. 5-mise en place d’une ceinture de contrôle autour des zones de production, renforcée par le redéploiement de la brigade mobile en vue d’assainir l’exploitation et la commercialisation du bois d’œuvre et du bois énergie (charbon de bois) ; 6-interdiction de l’exportation du bois énergie (charbon de bois) ; 7-autorisation à titre exceptionnel jusqu’au 31 décembre 2017, de l’exportation des anciens stocks de produits exploités au titre de 2015 et 2016. Le Conseil a, par ailleurs, instruit le Ministre de l’Economie et des Finances, en collaboration avec le Ministre du Cadre de Vie et du Développement Durable aux fins d’élaborer, pour le 02 avril 2017 au plus tard : -une grille de taxation douanière au poids ou ad valorem et selon le niveau de transformation des bois et produits de bois destinés à l’exportation, outre les redevances forestières ; -un dispositif de contrôle pour le scanning obligatoire du bois et des produits dérivés destinés à l’exportation ; le rapport de scanning devant être désormais partie intégrante des liasses documentaires ; -une taxation différentielle des anciens produits exploités au titre de 2015 et 2016, selon leur niveau de transformation.



9 - Campagne de commercialisation 2016-2017 des noix de cajou



Le Conseil a pris un décret portant conditions de déroulement de campagne de commercialisation 2016-2017 des noix de cajou. La date d’ouverture de la campagne est fixée au 3 mars 2017 ; la date de fermeture de la campagne au 31 octobre 2017. Le prix plancher d’achat au producteur est fixé à 500 FCFA le kilogramme. Le lancement de la campagne aura lieu à Glazoué, le 3 mars 2017.



Je vous remercie.

...

Conseil des Ministres du 22 février 2017

Conseil des Ministres du 22 février 2017

Le Conseil des ministres s’est réuni ce jour mercredi 22 février 2017, sous l’autorité du Président de la République, Chef de l’Etat, Chef du Gouvernement.

Parmi les dossiers étudiés, j’ai retenu trois à votre attention et une question diverse importante.

1- Projet de décret portant organisation des examens nationaux pour la validation des acquis en Licence et Master dans les Etablissements privés d’enseignement supérieur.

L’état des lieux de la gouvernance des Etablissements privés d’enseignement supérieur révèle des dysfonctionnements quant à la qualité de l’enseignement.

Plusieurs constats ont été faits.

1- A ce jour, seulement 22 établissements sur les 168 autorisés présentent leurs étudiants au BTS. Le BTS est en déclin.

2- Certains établissements privés se conforment aux exigences de la co-signature des diplômes qu’ils délivrent avec le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique.

Dans ces conditions, les étudiants ayant obtenu ces diplômes prennent part aux concours et tests d’entrée à la Fonction publique.

3- Les étudiants des autres établissements privés d’enseignement supérieur dont les diplômes ne bénéficient pas de co-signature ne peuvent pas se présenter à ces concours et tests même s’ils sont performants. C’est bien là une situation inéquitable.

4- Nombre d’établissements privés d’enseignement supérieur ont une capacité institutionnelle, académique et pédagogique insuffisante.

5- Certains établissements n’ont pas reçu une autorisation d’ouverture ; d’autres ne sont pas agrées, ou ne bénéficient pas d’homologation de l’Etat. Parents et étudiants ne le savent pas. Les conséquences néfastes de cette situation ternissent l’image de l’enseignement supérieur dans notre pays dans un environnement sous régional de compétition.

Au regard de ces constat, le Conseil relève que l’Etat est garant de la qualité du système éducatif national. La meilleure gouvernance du système éducatif national exige désormais davantage de rigueur dans

l’organisation, la gestion du système et la délivrance de diplômes aux étudiants.

Le diagnostic fait a permis de définir deux actions majeures à entreprendre, avec des moyens appropriés :

1- surveiller la création des établissements privés d’enseignement supérieur pour s’assurer de leur viabilité institutionnelle, pédagogique et financière ;

2- renforcer le contrôle externe desdits établissements afin d’améliorer leur gouvernance.

Le Conseil considère que la maîtrise et l’harmonisation du calendrier académique, la qualité de l’enseignement et la sécurisation des notes des étudiants dans tous les établissements privés d’enseignement supérieur, constituent un enjeu majeur pour le développement économique et social de notre pays.

A cet égard, le Conseil a pris la décision suivante :

- de faire organiser par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique des examens nationaux en Licence et Master pour les étudiants des établissements privés d’enseignement supérieur non homologués par l’Etat.

Ainsi, les établissements privés d’enseignement supérieur non homologués par l’Etat ne peuvent plus délivrer de diplôme de Licence et de Master.

Il sera ainsi mis fin Ă  la co-signature de diplĂ´mes.

Le Conseil a adopté le décret portant organisation des examens nationaux pour la validation des acquis en Licence et en Master dans les établissements privés d’enseignement supérieur non homologués par l’Etat.

Enfin, le Conseil rappelle que la désignation d’un établissement privé d’enseignement supérieur par l’appellation Université doit désormais respecter les conditions prescrites par le décret N° 2008-818 du 31 décembre 2008 fixant les conditions générales de création et les régimes de fonctionnement des établissements privés de l’enseignement Supérieur.

2- Autorisation de création et d’ouverture des Instituts universitaires d’enseignement professionnel (IUEP). Conformément à l’Axe stratégique 5 du PAG, à savoir « Amélioration des performances de l’éducation »,

Notre système éducatif doit être reconstruit et modernisé : aussi bien par l’amélioration de la qualité de l’enseignement, l’adaptation du système d’enseignement aux besoins du pays et des entreprises, que par le renforcement de la recherche scientifique.

Ainsi, les candidats admis au baccalauréat pourront être orientés non seulement vers les Ecoles, Instituts et Facultés de formation de pointe, mais également vers les Instituts universitaires d’Enseignement Professionnel (IUEP) pour en sortir Techniciens supérieurs spécialisés dans des métiers.

La création de ces Instituts traduit la volonté du Gouvernement d’implanter des Centres supérieurs de formation professionnelle spécialisée dans chaque Département et de favoriser une meilleure employabilité des jeunes diplômés.

La mise ne œuvre des projets prioritaires du PAG nécessite une main-d’œuvre de qualité. Il faut à cet égard développer des filières ciblées de formation professionnelle et de spécialisation sur une période de 2 ans.

Huit filières ont déjà été identifiées à savoir : les métiers de l’agriculture, du tourisme, du bâtiment, des travaux

publics, du textile, des arts et de la Culture, de la vente et du Commerce, de la maintenance des véhicules.

Le Conseil a instruit le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche scientifique à l’effet de prendre les dispositions nécessaires à l’identification des Etablissements supérieurs publics et privés à même d’assurer les formations.

Le Ministre a été autorisé à délivrer, selon les filières, les Diplômes universitaires de Technologie (DUT) de niveau BAC+2.

3- Rapport de la Commission ad hoc chargée de proposer des mesures d’assainissement et de réhabilitation des lacs Ahémé, Nokoué, et de la lagune de Porto-Novo.

La gestion de nos cours d’eau et plan d’eau pose de sérieux problèmes environnementaux, du fait notamment des pratiques peu recommandables.

Les facteurs de dégradation sont nombreux : ils sont d’ordre physique, chimique et biologique. Ils engendrent des perturbations au niveau des échanges entre la mer et les eaux continentales.

Le cycle de reproduction des espèces halieutiques est affecté, de même que la bio-diversité végétale et la qualité des produits halieutiques.

Certaines espèces sont en voie de disparition.

Le film documentaire de 13 mn projeté au Conseil en dit long sur l’occupation anarchique des berges, l’utilisation des engins et techniques de pêche dévastateurs, les déversements d’ordures ménagères, la prolifération des plantes aquatiques envahissantes…

Au risque de perdre ce trésor naturel et d’aggraver le déficit en produits halieutiques, des mesures hardies doivent être prises pour assainir durablement et réhabiliter le lac Ahémé, le lac Nokoué et la lagune de Porto-Novo. Ces mesures ont fait l’objet d’une feuille de route approuvée par le Conseil.

Conformément à la loi du 7 août 2014 relative à la pêche et à l’agriculture, le Conseil a décidé de créer une Cellule ˝observatoire des pêches˝ et une police des pêches.

Un Comité d’appui à l’exécution des mesures d’assainissement et de réhabilitation sera mis en place de même qu’une Unité spéciale de suivi de la feuille de la route, rattachée à la Présidence de la République. Les actes réglementaires seront pris en conséquence.

Questions diverses



Le Ministre de l’Economie et des Finances a fait au Conseil le point des discussions avec la mission du FMI qui vient de terminer ses travaux à Cotonou. Ces discussions portaient sur la mise en place d’un accord de crédit au titre de la facilité élargie du FMI. Le Conseil s’est réjoui de ce que les négociations aient pu être finalisées et conclues ce jour 22 février 2017 Ainsi, le Conseil d’Administration du FMI examinera le rapport et le programme de notre pays à fin mars 2017. De nouvelles perspectives s’ouvrent réellement pour notre pays, avec l’appui de la Communauté Financière Internationale, les Partenaires Techniques et Financiers et les investisseurs nationaux et étrangers.

Il nous appartient d’engager les réformes incontournables nécessaires pour mobiliser à bonne fin les ressources indispensables au financement du PAG.



Je vous remercie.

...

Gestion efficiente des déchets solides ménagers: La Mairie d'Abomey-Calavi à l'école Ghanéenne

																								Gestion efficiente des déchets solides ménagers: La Mairie d'Abomey-Calavi à l'école Ghanéenne

Au Ghana, plus précisément à la Capitale Accra, le principe de Lavoisier selon lequel ''Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme'', est de mise. Ne voulant pas aller chercher loin ce qu'il a à ses pieds, le Maire de la commune d'Abomey-Calavi, à la tête d'une délégation restreinte constituée de l'élu Communal ayant un background dans les travaux de génie civil, pour ne pas nommer, Florent Ezrou, Président de la Commission chargée des infrastructures, équipements et transports et de l'Ingénieur des Travaux Publics, Dieu-Donné Mègninnou, Directeur des Services Techniques de la Mairie d'Abomey-Calavi, s'est rendu à Accra pour s'enquérir de l'expertise Ghanéenne en matière d'assainissement et surtout en matière de gestion des ordures ménagères.



Les technicités de ce pays relatives à la transformation de ces déchets pour en faire une source intarissable de devises, ont focalisé l'attention du Maire Georges Bada et de sa suite. Dans sa brève mais utile randonnée à Accra, la délégation de la Mairie d'Abomey-Calavi a visité ''Accra Compost And Recycling Plant Limited'' ( ACARP), une Société de collecte et de transformation de déchets solides ménagers à potentialités variables et de grande renommée dans la sous-région. Cette Société est en effet, de par ses services et activités, la preuve effective de la gestion des ordures ménagères par une approche intégrative, avec en point d'orgue, la transformation de ces déchets en des denrées utiles, génératrices de devises et à même de créer d'une part, de saines conditions environnementales et d'impacter d'autre part les indicateurs socio-économiques, gage d'une économie africaine prospère.



La visite de la grande Société ZOOMLION GHANA Limited a permis aux membres de la délégation de s'imprégner des nombreuses années d'expériences de cette dernière dans la collecte des déchets ménagers dans la devise " we keep Ghana clean, your health is our concern "



Si l'on sait de notoriété publique que le défi que le Conseil Communal d'Abomey-Calavi présidé par le Maire Georges Bada doit relever est celui de la propreté de la ville et par ricochet la santé de la population, alors il sera aisé de comprendre le sens et la portée de ce déplacement de l'équipe communale sur Accra. Cette démarche illustre indubitablement que l'Autorité communale accorde une importance capitale au nettoyage, à la collecte et à la gestion des déchets solides ménagers qui du reste, est une filière porteuse dans d'autres pays de la sous-région dont le Ghana, pays hôte de la délégation communale. Inspiré par la riche expérience Ghanéenne, le Maire Georges Bada peut s'exclamer " Yes we can too'', entendez que la Mairie d'Abomey-Calavi peut aussi gérer ces ordures de manière efficace et efficiente.

...

Conseil des ministres du 15 FĂ©vrier 2017

Conseil des ministres du 15 FĂ©vrier 2017

Le Conseil des Ministres a tenu sa séance hebdomadaire ce jour mercredi 15 février 2017, sous la présidence de Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, Chef du Gouvernement.



Le point de presse de ce jour portera sur 6 points majeurs.



1- Projet de décret modifiant le décret N°2014-213 du 19 mars 2014 portant prise de contrôle temporaire de la Banque Internationale du Bénin (B.I.BE) par l’Etat béninois.



La situation financière de la B.I.BE s’est dégradée dans le temps. A cet égard, la Commission bancaire de l’UEMOA a pris la décision N°605/CB/C du 13 décembre 2011 pour lui retirer l’agrément et proposer la nomination d’un liquidateur.



Mais le Gouvernement a formulé un recours qui a permis de surseoir à l’exécution de cette décision. Ainsi, aux termes du décret N°2014-213 du 19 mars 2014, l’Etat a pris temporairement le contrôle de cette banque et les statuts de la B.I.BE ont été, en conséquence, modifiés le 29 janvier 2016.



Cette modification des Statuts a fait apparaître l’Etat comme actionnaire unique.



La prise de contrôle intégrale de la Banque B.I.BE par l’Etat, a induit l’isolement de ses actionnaires historiques, qui ne se sont plus sentis concernés par la recapitalisation de cet établissement bancaire.



Une telle situation viole les dispositions de la loi bancaire et mérite d’être corrigée, pour favoriser la mise en œuvre de la procédure de recapitalisation avec l’implication effective des actionnaires.



C’est ce qui justifie l’adoption par le Conseil de ce décret modifiant celui portant prise de contrôle temporaire de la BI.BE par l’Etat.



Le Conseil a, par la même occasion, instruit le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et de la Législation, et le Ministre de l’Economie et des Finances, pour prendre les dispositions appropriées en vue de l’annulation des modifications portées aux statuts de la Banque.



2- Situation du patrimoine hôtelier de l’Etat.



L’Etat a confié la gestion de son patrimoine hôtelier à des opérateurs économiques.



Dans certains cas, il a cédé une partie du patrimoine hôtelier.



Il s’agit notamment de : Hôtel de la Plage, Hôtel Croix du Sud, Bénin Marina Hôtel, Motel d’Abomey, Hôtel Alédjo, Hôtel Tata Somba.



Aux termes des différentes conventions, liant ces opérateurs privés à l’Etat, ceux-là devraient réaliser des programmes d’investissement, des projets de modernisation et/ou d’agrandissement.



Pour apprécier la mise en œuvre de ces conventions, le Gouvernement a fait réaliser deux études : l’une en 2012 et l’autre en août 2016.



Les conclusions de ces études relèvent notamment, « …le non-respect des obligations substantielles du contrat de la part des partenaires », ce qui ruine l’économie du contrat et induit la mauvaise gestion du sort des salariés.



Somme toute, les partenaires privés ont manqué à leurs obligations essentielles dans l’exploitation de ces hôtels.



Certaines de ces obligations constituent des conditions résolutoires des contrats.



A titre illustratif, le Bénin Marina Hôtel a été cédé en mars 2004. Le concessionnaire avait pour obligation de réaliser un programme d’investissement sur une période de vingt-six (26) mois, en procédant à la rénovation et la modernisation du bâtiment existant, et en construisant un bâtiment annexe avec cinquante-quatre (54) suites présidentielles et cent huit (108) chambres.



S’agissant de l’Hôtel Croix du Sud cédé en 2007, le cessionnaire avait pour obligation de raser l’hôtel dans un délai de douze (12) mois après le transfert effectif du bien cédé et de réaliser des travaux de construction d’un hôtel quatre étoiles et d’un centre commercial moderne conformément au plan indiqué…



A ce jour, et soit plus de dix ans après, les aménagements prévus n’ont point été réalisés.



Fort de ces constats alarmants, le Conseil a pris les quatre décisions suivantes.



1- Il a prononcé la résolution des conventions de cession ou de gérance des quatre hôtels : Bénin Marina Hôtel, Hôtel Croix du Sud, Motel d’Abomey et Hôtel Alédjo.



Le Conseil a instruit les Ministres compétents de notifier cette décision aux opérateurs privés concernés.



2- Le Conseil a instruit le Ministre de l’Economie et des Finances à l’effet de nommer un administrateur provisoire ayant à charge la gestion des quatre réceptifs hôteliers concernés.



3- Le Ministre de l’Economie et des Finances a été, en outre, instruit à l’effet de faire procéder à la réintégration de tout le patrimoine foncier objet de conventions résolues par voie de mutation au profit de l’Etat.



4- Enfin, le Conseil a instruit le Garde des Sceaux, ministre de la Justice et de la Législation, à l’effet d’engager les procédures appropriées en vue de la réparation des préjudices et dommages subis par l’Etat.



3- Prise d’un avenant au marché relatif à l’exécution des travaux d’aménagement et de bitumage de la route des pêches-Phase I.



Dans le cadre de la mise en œuvre du Programme d’Action du Gouvernement et en vue de décongestionner la ville de Cotonou, le Gouvernement a retenu de faire passer désormais une partie du trafic portuaire par la route des pêches.



Dans cette perspective, la structure de la chaussée initialement retenue devrait être redimensionnée en vue de la renforcer.



L’entreprise ADEOTI Sarl avait démarré l’exécution des travaux avant leur suspension.



Les négociations engagées avec l’entreprise ADEOTI SARL ont permis de retenir une nouvelle structure de la chaussée dont les caractéristiques rassurent quant à la solidité de cette voie, qui pourra supporter un trafic lourd pour une durée de 20 ans.



- Revêtement en béton bitumineux à module élevé de 5 cm d’épaisseur ;



- Base constituée d’une 1ère couche de 15 cm d’enrobé à module élevé et d’une seconde couche e 15 cm de grave concassée améliorée à 3% de ciment ;



- Fondation composée d’une couche de 15 cm de sable silteux amélioré au ciment à 3,5% ; -plateforme aménagée en sable silteux naturel.



Le Conseil a autorisé la poursuite des travaux sur la base des nouvelles options retenues et la prise d’un avenant au marché relatif à l’exécution des travaux d’aménagement et de bitumage de la route des pêches phase I : tronçon Cotonou-Adounko (13,20 Km) confiés à l’entreprise ADEOTI SARL.



Le coût global des travaux s’élève à 26,2 milliards de FCFA Hors taxe.



Le financement est assuré par la BOAD et un préfinancement de l’entreprise ADEOTI Sarl à hauteur de 18,7 milliards FCFA.



Le Conseil a, par ailleurs, instruit le ministre de l’Economie et des Finances à l’effet de signer avec l’entreprise ADEOTI Sarl, cette convention de préfinancement.



4- Travaux d’aménagement et de bitumage du second côté de la route RNIE-Cococodji-Hêvié-Ouèdo-Calavi-Kpota (21,2Km) .



En février 2016 l’entreprise EBOMAF SA a été chargée de la réalisation des travaux d’aménagement et de bitumage en 1X2 voies des routes Missessinto-Zinvié-Sèdjèdénou-Zè (32 Km), RNIE1 Cococodji-Hêvié-Ouèdo (9 Km) et Ouèdo-Calavi Kpota (12,2 Km).



Le montant dudit marché est de 64,3 milliards FCFA.



Dans le cadre du Programme d’Action du Gouvernement, le Gouvernement a inscrit, au titre des projets phares, l’aménagement du second côté des sections RNIE1 Cococodji-Hêvié-Ouèdo (9Km) et Ouèdo-Calavi Kpota (12,2 Km).



Les travaux du contrat initial étant en phase de démarrage, il est apparu plus avantageux de discuter avec l’entreprise EBOMAF SA des conditions de l’exécution des travaux de bitumage et d’aménagement du second côté du tronçon.



Cette option a pour avantage de faire économiser à l’Etat les coûts liés aux installations de chantier, de réduire le délai de contractualisation et de favoriser une meilleure organisation du chantier.



Les négociations avec l’entreprise ont permis, prenant en compte le dédoublement du pont de Hêvié et une provision pour le déplacement des réseaux, d’arrêter le coût des travaux à 35,2 milliards FCFA TTC.



Le Conseil a instruit le Ministre de l’Economie et des Finances, aux fins d’engager les actions urgentes en vue de la signature du marché avec l’entreprise, ainsi qu’un avenant pour la maintenance par celle-ci, sur dix ans, de la route à construire.



Le Ministre de l’Economie et des Finances a été également instruit à l’effet de signer avec l’entreprise EBOMAF, une convention de préfinancement des travaux à hauteur de 35,2 milliards FCFA.



5- Travaux d’aménagement et de bitumage des routes Zagnanado-Banamè Paouignan (57KM), Covè-Banamè (12Km) et Koguédé-Za-Kpota (5,2Km) par l’entreprise ADEOTI Sarl.



L’un des projets phares du Programme d’Action du Gouvernement, c’est l’aménagement et le bitumage de ces routes Zangnanado-Banamè-Paouignan (57 Km), Covè-Banamè (12 Km) et Koguédé-Za Kpota (5,2 Km).



La réalisation de ces routes avait été confiée à l’entreprise ADEOTI SARL en mars 2016.



Le Gouvernement a suspendu les travaux en avril 2016, pour se donner la possibilité d’améliorer les caractéristiques de ces voies.



Ainsi, la nouvelle structure de chaussée sera davantage renforcée et comportera : une couche de fondation en grave latéritique de 20 cm d’épaisseur, une 1ère couche de base en latérite améliorée au ciment de 25 cm d’épaisseur, une 2ème couche de base en latérite améliorée au ciment de 25 cm d’épaisseur, puis un revêtement en béton bitumineux de 5 cm d’épaisseur.



Sur cette base, la nouvelle offre financière de l’entreprise ADEOTI Sarl, après négociations, s’élève à 54,9 milliards FCFA.



Cette offre intègre les coûts de contrôle et de surveillance des travaux, ainsi que ceux de déplacement des réseaux et de l’éclairage public.



Le Conseil a autorisé l’exécution des travaux par l’entreprise ADEOTI SARL. Le Ministre de l’Economie et des Finances et le Ministre des Infrastructures et des Transports ont été instruits aux fins de la signature du marché des travaux avec ladite entreprise.



Une convention de préfinancement des travaux sera signée avec ADEOTI SARL.



6- Mise en place d’un nouveau mode de gestion du Parc automobile de l’Etat.



Les véhicules de l’Etat sont classés en véhicules de fonction, véhicules de service et véhicules du parc automobile de la Direction du Garage central administratif.



La gestion de ces matériels roulants se fait non sans difficultés. Ce qui se traduit notamment par une accumulation inquiétante, sur plusieurs exercices budgétaires, des arriérés de frais d’achat de véhicules, de maintenance et de location, des achats de carburants.



A titre illustratif, les dépenses pour les trois dernières années liées à l’achat et l’entretien des véhicules administratifs, ainsi qu’à l’achat de carburant révèlent des montants élevés (en FCFA) :



DESIGNATION



2014



2015



2016



Acquisition de véhicules



24.460.337.600



19.158.555.048



7.104.454.004



Entretien de véhicules



758.215.891



894.344.222



694.403.920



Achat de carburant



24.545.256.784



21.491.398.958



15.619.581.787



Total



49.763.810.275



41.544.298.228



23.418.439.711







Au regard du volume de ces dépenses et des actes de malgouvernance relevés dans la gestion des véhicules administratifs, il apparaît nécessaire d’explorer des solutions innovantes pour assurer le financement des services de logistique liés à la mobilité des agents de l’Etat.



Le Conseil a fait l’option de ˝leasing˝ ou location de véhicules à longue durée, pour mettre à la disposition des agents et services de l’Etat, des matériels roulants.



Comme avantages, le locataire qu’est l’administration disposera de voitures neuves et entretenues aux frais du fournisseur ; tout en bénéficiant de la garantie constructeur pendant tout ou partie du contrat de location.



Cette formule induira une réduction substantielle des charges de fonctionnement de l’Etat.



Je vous remercie.

...

Conseil des Ministres du 08 février 2017

Conseil des Ministres du 08 février 2017

Le Président de la République, Chef de l’Etat, Chef du Gouvernement a présidé la séance hebdomadaire du Conseil des Ministres qui a eu lieu ce mercredi 08 février 2017. Au nombre des dossiers étudiés, j’ai retenu 9 à votre attention.



1-Projet de décret portant transmission à l’Assemblée nationale du projet de loi portant code de la nationalité béninoise.

Le code de la nationalité béninoise date de 1965. Avec l’adoption de la Constitution du 11 décembre 1990, certaines de ses dispositions se sont révélées contraires au principe d’égalité des citoyens devant la loi.

Une réforme du Code a donc été engagée dès 2005.

Conformément à l’article 105 de la Constitution, l’avis de la Cour suprême a été requis et obtenu en février 2011.

Mais entretemps, diverses requêtes de citoyens ont amené la Cour constitutionnelle à rendre la décision DCC 14-172 du 16 septembre 2014, par laquelle la Haute juridiction a jugé que les articles 8, 12.2, 13 et 18 du Code sont contraires à la Constitution, parce que violant le principe d’égalité.

C’est dire que cette décision conforte l’option de réforme prise par le gouvernement.

Par ailleurs, la Commission nationale de Législation et de Codification a, aux cours de ses sessions de février et novembre 2015, puis de décembre 2016, réexaminé le projet.

Pour ce faire, elle a tenu compte des observations de la Cour suprême, de la décision de la Cour constitutionnelle, mais aussi de la Convention des Nations Unies sur la réduction des cas d’apatridie (ratifiée par le Bénin le 05 décembre 2011).

C’est en raison de tout cela que le Conseil a adopté le projet de décret portant transmission à l’Assemblée nationale, du projet de loi portant code de la nationalité béninoise.

2-Projet de décret portant conditions de mise en place et d’utilisation de système de vidéosurveillance en République du Bénin.

Les actes de grand banditisme dans nos villes ont généralement eu pour cibles, les administrations, les entreprises et établissements tenant des caisses de recettes exposées.

Il n’est pas possible pour les agents de sécurité publique d’être partout à la fois.

Le recours aux moyens modernes de sécurisation est indiqué. Ainsi, les systèmes de vidéosurveillance s’imposent comme une solution fiable, capable de contribuer plus efficacement à une meilleure offre de sécurité, par une bonne prévention et une gestion efficiente des cas de grand banditisme. Nous en avons récemment fait l’expérience.

Il est donc souhaitable de généraliser la pratique aux agents économiques. De même, l’installation et l’utilisation des caméras de surveillance apparaissent nécessaires pour certains lieux et places publics, et aussi certains édifices ou domaines privés susceptibles d’être cambriolés, vandalisés ou profanés.

C’est pourquoi le Conseil a adopté le projet de décret portant conditions de mise en place et d’utilisation de systèmes de vidéosurveillance en République du Bénin.

Il a instruit les ministres concernés aux fins de prendre les dispositions nécessaires en vue d’amener les régies financières des administrations et des entreprises publiques ou privées d’une part, et les établissements publics, les organismes publics ou privés d’autre part, à avoir recours aux caméras de surveillance, dans les conditions réglementaires définies.

3-Autorisation de ratification de l’accord de prêt signé avec la Banque ouest africaine de Développement (BOAD) dans le cadre du financement partiel du projet d’appui à la croissance économique rurale (PACER).



Le Conseil d’Administration de la BOAD a approuvé, le 20 juin 2016, l’octroi à notre pays d’un prêt de 6,5 milliards de FCFA, en vue de la réalisation du Projet d’Appui à la Croissance économique rurale (PACER).

L’objectif du projet est de contribuer à la création de conditions nécessaires à une croissance économique et à la réduction de la pauvreté en milieu rural.

De façon spécifique, et en relation avec les Agences territoriales de développement agricole, la réalisation du PACER permettra la mise aux normes de 250km de pistes rurales, l’aménagement de 405 hectares de bas-fonds pour la production du riz et le maraîchage, ainsi que la construction de magasins de stockage d’une superficie totale de 6464m2 et des hangars de marché.

La date limite d’entrée en vigueur de l’accord de prêt avec la BOAD est fixée au 23 juin 2017.

C’est pourquoi, le Conseil a adopté le projet de décret portant transmission à l’Assemblée nationale pour autorisation de ratification, de l’accord de prêt signé le 04 janvier 2017 avec la BOAD dans le cadre du financement partiel du PACER.

4-Projet de décret portant autorisation de ratification de l’accord de financement signé avec l’Association internationale de Développement (AID) dans le cadre du Projet d’approvisionnement en eau potable en milieu rural et d’assainissement des eaux usées en milieu urbain (PEPRAU).



Le Conseil d’Administration de l’Association internationale de Développement a approuvé l’octroi au Bénin d’un crédit de 40,7 milliards FCFA.

Ce crédit est destiné à la réalisation du Projet d’approvisionnement en eau potable en milieu rural et d’assainissement des eaux usées en zones urbaines et péri-urbaines des communes du Grand Nokoué. (PEPRAU). L’accord de financement a été signé à Cotonou le 20 janvier 2017.

Les caractéristiques de ce crédit permettent de dégager un élément don de 62,2%, témoignant ainsi de la concessionnalité du financement.

La date limite d’entrée en vigueur de l’accord de financement est fixée au 20 mai 2017.

Le Conseil a adopté le projet de décret portant transmission à l’Assemblée nationale, pour autorisation de ratification de cet accord de financement signé avec l’AID.

5-Projet de décret portant comptabilité des Matières en République du Bénin



Le Conseil a procédé à une revue du décret n° 2009-194 du 13 mai 2009 portant Comptabilité des matières en République du Bénin, à la lumière de la directive n°3/2012/CM/UEMOA du 29 juin 2012 portant comptabilité des matières au sein de l’UEMOA.

Le décret de 2009 comporte des limites qu’il convient de corriger.

Le projet de décret (adopté par le Conseil), comporte beaucoup d’innovations notamment : création d’un corps des comptables matières, accent mis sur la reddition des comptes à travers la production des comptes de gestion par les comptables principaux des matières, nécessité de centraliser les données liées à la gestion des matières de l’Etat…

Son application contribuera à un meilleur assainissement de la gestion du patrimoine de l’Etat et, par conséquent, induira une réduction sensible des charges liées à la gestion des biens publics grâce au dispositif de contrôle plus rapproché.

6-Appui-conseil de AP-HP International (filiale de Assistance Publique-Hôpitaux de Paris) pour la mise en œuvre des réformes dans le secteur de la Santé.



Notre système de santé est confronté à de nombreuses difficultés qui génèrent des dysfonctionnements à tous les niveaux de la pyramide sanitaire.

Ces dysfonctionnements sont relatifs à la mauvaise organisation administrative et financière, à l’insuffisance des ressources humaines, aussi bien en quantité qu’en qualité ; et à l’inadéquation du plateau technique au regard des besoins des formations sanitaires.

Pour corriger ces insuffisances, les réformes envisagées dans le Programme d’Action du Gouvernement requièrent une expertise avérée.

A cet effet, le Ministère de la Santé a identifié l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (AP-HP) pour l’appui-conseil.

AP-HP international est une filiale spécialisée dans la conduite de projets internationaux et la délivrance de prestations d’expertise-conseil.

En adoptant la communication suggérant le recours à ce partenaire, le Conseil des Ministres a décidé de la mise en place d’un comité pluridisciplinaire, pour la finalisation et le suivi des négociations devant déboucher sur la signature d’un accord cadre.

7-RĂ©alisation des travaux de protection et de valorisation Ă  court terme de la cĂ´te maritime du BĂ©nin.



Le Programme d’Action du Gouvernement 2016-2021 a présenté la vision pour une gestion globale du phénomène de l’érosion côtière sur les 125 km de côte dont dispose notre pays.

La mise en œuvre effective du PAG 2016-2021, dans le secteur de la protection et de la valorisation de la côte maritime du Bénin, passe par le démarrage effectif, dès 2017, des travaux.

Ceux-ci concernent les deux segments prioritaires que sont la côte à l’est du chenal de Cotonou et celle située dans les zones d’Avlékété et de Djègbadji (Ouidah).

A ce jour, le contrat de réalisation des travaux de protection de la côte à l’Est de Cotonou a été signé avec la société adjudicataire pour un montant de 33,7 milliards de FCFA.

Les opérations préalables à la libération des emprises des travaux ont démarré.

En ce qui concerne le deuxième segment prioritaire, les études sont engagées et les dispositions sont prises pour le contrôle et la surveillance des travaux.

Le montant global qu’il convient de rechercher pour l’ensemble des interventions, tel qu’il ressort des résultats de l’appel d’offres pour le segment de l’Est de Cotonou et des simulations pour les travaux à Ouidah, s’élève à 159,7 milliards FCFA.

Le Conseil a instruit le Ministre du Cadre de Vie et du Développement durable à l’effet de poursuivre les diligences en vue de la finalisation de toutes les études en cours et du démarrage effectif des travaux de protection côtière et d’aménagement balnéaire, sur les segments prioritaires de la côte béninoise dès 2017.

Le Conseil a également instruit le ministre de l’Economie et des Finances à l’effet d’accomplir avec les partenaires financiers identifiés, les formalités nécessaires à la mobilisation du montant financement des travaux. recherché pour assurer le financement des travaux.

8-Réalisation du projet de déploiement de fibre optique supplémentaire (Backbone Ouest du pays) et une partie du projet de déploiement de 2450 Km de réseau d’accès fibre.



Le PAG accorde une place de choix au développement de l’économie numérique, facteur clé du développement de l’ensemble de l’économie nationale.

La réalisation des projets du numérique passe par la mise en place d’infrastructures en vue de la généralisation de l’internet haut débit et très haut débit sur l’ensemble du territoire national. Pour ce faire, le projet PDI2T (Projet de Développement des Infrastructures de Télécommunication et des TIC) démarré le 5 décembre 2016 permettra d’impacter 67 communes en termes d’accès au haut débit.

Les 10 autres communes seront prises en compte par la réalisation de la boucle Ouest (625 km), qui est une autre sous-composante.

Ces communes seront bien entendu raccordées au réseau national pour éviter une fracture numérique géographique ou sociale.

Le Conseil des Ministres a approuvé le projet et instruit les Ministres concernés à poursuivre les discussions avec ZTE en vue du financement du projet par Eximbank pour un montant global de 46,2 milliards FCFA.

9- Compte rendu du contrat de fourniture de 60 MW à la SBEE et ouverture de négociations pourl’installation d’une centrale dual de 150 MW avec PARAS ENERGY (EN BOOT).



Notre pays a obtenu du Haut Conseil interétatique de la Communauté électrique du Bénin (CEB), l’autorisation de solliciter d’autres fournisseurs d’énergie électrique.

En vue d’augmenter notre capacité d’approvisionnement en énergie électrique, le Gouvernement a autorisé la négociation et la signature, par la SBEE, d’un contrat d’achat d’énergie électrique auprès de la société PARAS ENERGY du Nigeria, pour une puissance de 60 MW.

Ces 60 MW sont déjà effectifs, à un prix très compétitif.

Par ailleurs, la société PARAS ENERGY se propose à présent de construire et d’exploiter au Bénin, une centrale électrique dual fuel de 150 MW dans le cadre d’une convention de concession de type BOOT avec le Gouvernement, pour une durée de 15 ans.

La proposition de PARAS ENERGY est intéressante en ce qu’elle suggère des coûts compétitifs nettement en deçà de ceux pratiqués actuellement.

C’est pourquoi en adoptant ce compte-rendu, le Conseil des Ministres a autorisé les Ministres concernés à l’effet d’engager avec la société PARAS ENERGY, les négociations en vue de l’installation et de l’exploitation au Bénin, d’une centrale électrique thermique dual fuel de 150 MW dans le cadre d’une convention de concession de type BOOT pour une durée de 15 ans.



Je vous remercie.

...

Conseil des ministres du 1er FĂ©vrier 2017

												Conseil des ministres du 1er FĂ©vrier 2017



Le Conseil des Ministres a tenu sa séance hebdomadaire ce jour mercredi 1er février 2017, sous la présidence de Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, Chef du Gouvernement.







Le point de presse de ce jour portera sur 4 points majeurs.



I-Adoption des projets de décret portant création, attributions, organisation et fonctionnement de l’Université nationale des Sciences, Technologie, Ingénierie et Mathématiques (UNSTIM) et de l’Université nationale d’Agriculture (UNA).



Qu’il vous souvienne que le Gouvernement, dans un souci de rationalité et d’efficacité, mais aussi de brassage interculturel entre tous les fils du Bénin, a redéfini la carte universitaire de notre pays. Ainsi, en octobre 2016, le décret créant notamment ces deux universités a été pris pour corriger certaines insuffisances de l’ancienne carte universitaire et traduire la nouvelle vision pour l’Enseignement supérieur et la Recherche scientifique. Ce décret d’octobre 2016 précise en son article 4 que « des décrets pris en Conseil des ministres fixeront les attributions, l’organisation et le fonctionnement de chacune des universités ». C’est donc en vertu de cela que deux projets de décrets ont été adoptés pour fixer les attributions et permettre à ces deux universités thématiques (UNSTIM et UNA) de mettre en place l’organisation et le développement des outils nécessaires à leur décollage.



II-Approbation des Statuts des Agences territoriales de Développement agricole. Pour dynamiser l’agriculture béninoise et créer les conditions de la sécurité alimentaire, le Gouvernement a décidé, d’une part de revoir le cadre institutionnel du MAEP et, d’autre part de créer des Agences territoriales de Développement agricole (ATDA).



La finalité de cette réforme, c’est de faire de l’agriculture l’un des principaux leviers de développement économique et de création de richesse et d’emplois. Pour ce faire, une amélioration significative des performances est requise. Cela passe par une réforme conséquente. D’où les mesures visant la séparation des fonctions régaliennes des fonctions d’appui au développement des filières agricoles d’une part, et la territorialisation du développement agricole d’autre part. L’émergence des Agences Territoriales de Développement Agricole, qui sont des Offices à caractère social, culturel et scientifique est une conséquence de la réforme sur les Pôles de Développement agricole inscrite au Programme d’Action du Gouvernement 2016-2021. Le Conseil a adopté le projet de décret portant approbation des Statuts desdites Agences et a approuvé lesdits Statuts.



III-Nouveaux tarifs des actes d’huissiers de justice en matière civile et commerciale. Les tarifs des actes d’huissiers de justice sont rigoureusement réglementés, en raison de la mission de service public dont relèvent leurs activités.



Ceux actuellement en vigueur datent de 2005. Après plus de 10 années d’application, certains de ces tarifs se révèlent de plus en plus inadaptés à l’évolution du coût de la vie et des diligences que requièrent parfois les actes de leur ministère. La Chambre nationale des Huissiers du Bénin a soulevé certaines préoccupations qui ont été examinées au cours des séances de travail qui ont eu lieu entre le Ministère de la Justice et la Chambre. Sur la base des éléments de comparaison recueillis dans la sous-région ouest africaine notamment, il est apparu la nécessité de réviser la grille tarifaire des actes des Huissiers. Le Conseil a, en conséquence, adopté le projet de décret portant modification des articles 1er et 2 du décret n°2005-38 du 09 mars 2005 fixant les tarifs des actes d’huissiers de justice en matière civile et commerciale.



IV-Projet de décret portant transmission à l’Assemblée nationale, pour autorisation de ratification de l’Acte de 1991 de la Convention Internationale pour les Obtentions Végétales (UPOV) adopté à Genève, le 19 mars 1991.



La Direction générale de l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI) dont le Bénin est membre, a prévu l’adhésion de l’OAPI à certaines Conventions internationales. C’est le cas de la Convention de l’Union pour la Protection des Obtentions Végétales (UPOV), signée le 2 décembre 1961 et qui a été révisée en 1972, en 1978 et en 1991. Il est à souligner que l’Union pour la Protection des obtentions végétales a pour mission d’établir et de promouvoir un système efficace de protection des obtentions végétales en vue d’encourager l’amélioration des plantes, la création de nouvelles variétés végétales améliorées. Le Conseil d’Administration de l’OAPI autorise l’Organisation à adhérer à l’Acte de 1991 de cette Convention, et recommande sa ratification par les Etats membres. Avec l’adhésion à l’Acte de 1991 de cette Convention, notre pays pourra désormais participer aux travaux des organes de l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI) et tirer avantage de cet instrument juridique. (accès à des variétés performantes sélectionnées à l’étranger, possibilités accrues en matière d’amélioration de la production et d’exportation de produits, renforcement de la coopération entre agriculteurs…) Le Conseil a adopté le projet de décret portant transmission à l’Assemblée Nationale, pour autorisation de ratification de l’Acte de 1991 de la Convention internationale par les obtentions végétales.



Je vous remercie.

...

Coopération Sud-Sud pour une décentralisation réussie à Abomey-Calavi : Après la grande Chine, le Maire Georges Bada à la tête d'une forte délégation en Inde

												Coopération Sud-Sud pour une décentralisation réussie à Abomey-Calavi : Après la grande Chine, le Maire Georges Bada à la tête d'une forte délégation en Inde

Une délégation du Conseil Communal d'Abomey-Calavi renforcée par des cadres et Directeurs techniques de l'administration communale séjourne depuis le mardi 31 janvier 2017 en terre indienne précisément à New Delhi. C'est là une ingénieuse inspiration du Maire Georges Bada, pour traduire dans la réalité, sa vision d'asseoir le développement de la commune dont il a la charge, sur des bases solides et inéluctables d'une Coopération Décentralisée forte, durable et prospère. Conscient en effet du fait qu'aucune Commune béninoise ne peut amorcer son développement réel en vivant et en travaillant en autarcie, le locataire de l'hôtel de ville d'Abomey-Calavi a pris depuis lors son bâton de pèlerin pour frapper les portes de certains pays du Nord qui ont excellemment réussi chez eux, l'expérience de la démocratie locale.



Ainsi donc, après la Chine, premier pays plus peuplé du monde, après le décrochage d'accords de partenariat avec les ONGs BIK et IYF, deux structures de renom de la Corée du Sud, le Maire Georges Adédjoyé Bada a mis le cap sur l'Inde deuxième pays peuplé du monde depuis le lundi 30 janvier 2017, départ de la délégation de Cotonou. S'approprier d'une part les méthodes et techniques de collecte des taxes locales et d'autre part, asseoir un système pour l'optimisation et la gestion efficace et efficiente des ressources locales. Tels sont les réels mobiles de ce déplacement de la délégation communale vers ce géant pays de l'Asie.



Et pour la cause, les membres de la délégation ont été ciblés à dessein. Outre le Maire, il y a le 1er Adjoint au Maire, Victor Adimi en sa qualité d'autorité ayant reçu délégation de pouvoir du Maire pour gérer les questions de finances de la Mairie, les Conseillers communaux Matokoo Bogninou, Igor Alignon, Franck Oswald Hessouh, respectivement Président de la Commission chargée des Affaires économiques et financières, Président de la Commission chargée du contrôle et de l'évasion fiscale puis Président de la Commission chargée des relations avec la Société Civile puis également, pour représenter l'administration, le Secrétaire Général de la Mairie, Sébastien Kinsiklounon et le Directeur des ressources matérielles et financières Élie Mahougnon Mèvo. Pour ces 7 personnalités de la commune d'Abomey-Calavi, les petits plats ont été mis dans les grands par M. Kirit SOBTI, Directeur Exécutif de ''K. S. Infosystems'' pour un séjour agréable en Inde avec des retombées significatives pour la commune d'Abomey-Calavi. Déjà ce mardi 31 janvier 2017, la délégation conduite par le Maire Georges Bada s'est ébranlée vers les installations de la Société DATAWORLD. Ici, les échanges dirigés de main de maître par M. Vinay BANSAL, en sa qualité de Directeur Général de la Technologie, ont porté sur la géo-localisation du système d'adressage des quartiers de la commune d'Abomey-Calavi. La riche et fructueuse expérience de l'Inde en matière d'adressage des villes, a été partagée avec la délégation de la commune d'Abomey-Calavi. Ladite délégation a également visité la Société Gis Trans Solutions (GTS) avec comme guide éclairé, le Vice-Président des opérations Gis, pour ne pas nommer, M. Anurag SINGH NEGI et le PDG du groupe Vivek Sawhney

Le moins qu'on puisse faire observer est que ce voyage d'étude va donner le déclic des réformes en matière de mobilisation et de gestion des finances locales dans la commune d'Abomey-Calavi. D'ores et déjà, on peut se targuer de dire, sans être contredit que, l'expertise indienne sollicitée par l'équipe Bada en vue de réorganiser après un recensement approfondi de tous les usagers du marché Cococodji, augure d'un lendemain meilleur pour les recettes propres de la commune d'Abomey-Calavi. Tout espoir que viendront renforcer les technologies à s'approprier par la délégation communale en Inde pour impulser une nouvelle dynamique dans le système d'organisation du Registre Foncier Urbain (RFU) de la grande commune d'Abomey-Calavi dire en un mot l'adressage de la Commune.



In fine, il s'agit de faire fonctionner à plein régime les nouveaux outils technologiques de l'Inde mais adaptés aux réalités de la commune d'Abomey-Calavi pour inverser la tendance baissière des recettes devant alimenter le budget Communal évalué pour le compte de l'année 2017 à 6 milliards 871 millions 191 mille 282 francs CFA.

...

Passation de services au 1er Bataillon des Transmissions d'Abomey-Calavi : Le Commandant Yèhouessi passe la main à son frère d'arme Boko

																																				Passation de services au 1er Bataillon des Transmissions d'Abomey-Calavi : Le Commandant Yèhouessi passe la main à son frère d'arme Boko

Le bâton de commandement change de mains au 1er Bataillon des Transmissions d'Abomey-Calavi. Après de dignes et loyaux services rendus dans ce démembrement de la Grande Muette, le Commandant Justin Yèhouessi passe le témoin à son frère d'arme Bienvenu Penthuas Boko.



La cérémonie officielle de passation de charges a eu lieu ce mercredi 18 janvier 2017 devant un parterre d'Hommes en uniforme et la première Autorité de la commune d'Abomey-Calavi. En raison du pont qu'il a su établir entre cette unité se trouvant sur son territoire de compétence et la Mairie, M. Georges A. Bada a honoré de sa présence cette cérémonie qui marque le point d'un nouveau départ pour cette unité avec aux commandes de nouveaux hommes, le Commandant Bienvenu Penthuas Boko et son Adjoint, le Capitaine Jaime Kounoudji. Visiblement plein d'engagement et de dévouement, le nouveau Commandant du 1er Bataillon des Transmissions d'Abomey-Calavi décline sa feuille de route en s'inspirant des missions régaliennes de cette névralgique unité : ''Les maîtres mots de notre mission de commandement, se résument en la bonne exécution des prérogatives assignées au Bataillon dans la lettre et dans l'esprit de notre Chef d'Etat Major''.



A la question de savoir quelles sont ces prérogatives, il répond sans ambages: ''Implanté au sein de la population d'Abomey-Calavi, le 1er Bataillon des Transmissions se doit d'assurer la sécurité de cette population et des installations sur lesquelles elle se trouve. Cette mission vient se greffer à celles fondamentales de l'arme de transmission résumées en l'établissement des liaisons permanentes par radio, par phonie, par satellite ou par télégraphie entre les diverses unités, selon les pre ions en vigueur, que ce soit sur le plan national qu'à l'extérieur du pays; la lutte contre les intruisions en même temps qu'il assure la sécurisation des informations et la liaison entre les détachements et la hiérarchie''. Son Adjoint, le Capitaine Jaime Kounoudji renchérit: ''Le 1er Bataillon des Transmissions est chargé d'assurer en tout temps et en tout lieu, la permanence de toutes les liaisons de commandement et coordonne lors de l'engagement des troupes de l'armée de terre. Il participe aussi à toutes les tâches civilo-militaires ordonnées par sa hiérarchie''. Un nouveau départ vient d'être pris dans cette unité stratégique avec aux manèges des hommes qui s'y connaissent.

...
Copyright 2016, webmastered by MASSAURA SARL (www.massaura.manydiscoveries.com) for www.mairie-abomey-calavi.bj