Mairie d'Abomey Calavi

English version

Version française

Actualites

Œuvres sociales dans la commune d'Abomey-Calavi: La Mairie vole au secours des handicapés du centre d'Akassato

Œuvres sociales dans la commune d'Abomey-Calavi: La Mairie vole au secours des handicapés du centre d'Akassato

Le handicap n'est pas une fatalité. Plus est, il est impérieux d'accompagner ces âmes qui, en dépit de leurs pathologies physique, oculaire, auditive, etc, refusent la facilité en apprenant et en exerçant des activités génératrices de revenus. Ces deux phrases justifient à maints égards les réelles motivations du Conseil communal présidé par le Maire Georges Bada à faire le mercredi 29 juin 2016, le déplacement du Centre de formation professionnelle des personnes handicapées d'Akassato les bras chargés de présents. La délégation conduite par le Maire, assisté pour la circonstance du 1er Adjoint au Maire, de la présidente de la Commission des affaires sociales, de la Directrice de cabinet, du Directeur des Services à la population, de la Secrétaire générale Adjointe, etc, est allée témoigner de la solidarité et de l'affection de la Mairie d'Abomey-Calavi à cette couche sociale frappée par des handicaps divers mais qui se rend utile pour la société. Les dons apportés par la Mairie aux pensionnaires du Centre d'Akassato sont des équipements matériels pour faciliter la mobilité à quelques handicapés moteurs, et des vivres pour assurer un tant soit peu leur alimentation. Il s'agit de 4 tricycles à elle offerts par le passé par l'Ong Aid, de 3 sacs de maïs, de 2 bidons d'huile d'arachide de 25 litres, d'un carton de lait concentré sucré, d'un carton de tomate en boîte, d'un carton de milo jago, d'un carton de sucre en morceaux puis de trois cartons de macaroni matanti. C'est à coeur joie que MM. Deen Djibril, Hyacinthe Gbégnon et Anthony Nicaise Amécy, respectivement Représentant de la Directrice départementale des affaires sociales Atlantique-Littoral, Responsable du Centre de formation professionnelle des personnes handicapées d'Akassato et Représentant des bénéficiaires, ont accueilli les dons de la Mairie d'Abomey-Calavi. Si pour M. Djibril, l'équipe communale avec à sa tête le Maire a posé un acte utile salutaire en comprenant que «Le handicap n'est pas l'apanage d'une personne ou d'une famille, mais l'affaire de tout le monde, de l'État et de la Mairie aussi». Il ajoute que la personne handicapée ne doit pas être abandonnée. Elle fait partie intégrante de la société et donc mérite d'être traitée avec soins. Le Responsable de ce Centre ne dira pas le contraire. M. Gbégnon témoigne que la Mairie d'Abomey-Calavi est un partenaire sûr sur lequel les handicapés qui y sont internés comptent pour améliorer leurs conditions de vie, de formation et de réinsertion professionnelle. Au nom de ses camarades, M. Amécy, a extériorisé avec éloquence la joie qui l'anime : «Nous sommes débordés de joie. À voir les dons, on ne peut que remercier le Maire et toute son équipe. Nous vous considérons comme un envoyé de Dieu pour venir soulager une grande partie de nos peines», a-t-il déclaré avant de citer Machiavel : « Donner, c'est s'enrichir». Et il termine avec cette prière: « La commune d'Abomey-Calavi vient de donner beaucoup, plaise à Dieu qu'elle s'enrichisse énormément ».
Mais pour le Maire Georges Bada, ce geste est un devoir social que tout le monde, que toutes les âmes généreuses sont appelées à faire à l'endroit de cette couche sociale car, dit-il, «Toute personne est un potentiel handicapé qui s'ignore».
Handicapés d'accord, bons travailleurs aussi...
Une visite guidée du Centre de formation professionnelle des personnes handicapées d'Akassato créé en 1983 permet de constater que les apprenants bien que traînant des handicaps se font former dans plusieurs unités de formation telles que l'unité de cordonnerie, l'unité de tissage de pagnes traditionnels, de lit pico, l'unité de fabrication de savon liquide, l'unité d'agro-pastoral, l'unité d'élevage de volaille et de lapin puis enfin l'unité de culture maraîchère. In situ, on peut voir des articles (chaussures, pagnes, lits...), fabriqués avec l'ingéniosité des personnes handicapées et mis dans le commerce.
Signalons pour finir en faisant mention des doléances des apprenants relatives au rétablissement de la fonctionnalité du château d'eau existant surplace mais en panne. Ainsi, ils pourront "se départir du joug de la Soneb", note avec insistance M. Amécy, porte-parole de circonstance des handicapés. Aussi, fait-il un plaidoyer pour un appui dans le cadre de la réfection des paillotes qui leur servent de salles d'apprentissage.


30/06/2016 Ă  Abomey-Calavi


Source/Auteur : Mairie d'Abomey Calavi
Copyright 2016, webmastered by MASSAURA SARL (www.massaura.manydiscoveries.com) for www.mairie-abomey-calavi.bj