Mairie d'Abomey Calavi

English version

Version française

Actualites

Sortie médiatique du Maire d'Abomey-Calavi sur la radio Soleil FM: Le Maire Bada explique, apaise et prend des engagements

Sortie médiatique du Maire d'Abomey-Calavi sur la radio Soleil FM: Le Maire Bada explique, apaise et prend des engagements

(Les travaux de lotissement repris le 15 juillet prochain dans toute la commune)
Pour un grand rendez-vous telle qu'est intitulée l'émission sur Soleil FM, la 106.0, c'en était un. Un grand rendez-vous, non seulement pour les auditeurs de cette radio, mais aussi et surtout pour les populations d'Abomey-Calavi qui ont soif et faim d'écouter leur Maire au sujet de la thérapie qu'il propose face aux maux qui les assaillent au quotidien. Avec le journaliste Virgile Ahouansè, le Député Maire a opiné sur les problèmes d'inondation, de lotissement, de planification de la politique de construction des infrastructures dans la cité dortoir, les problèmes d'insécurité foncière et physique, les problèmes de mobilité sur l'axe Calavi-Cotonou, la nécessité d'une synergie d'actions entre l'État central et l'État décentralisé, bref tous les sujets ayant traits au développement de la ville exigeante (et à juste titre) mais sans grands moyens dont il a hérité. Aussi, le Maire d'Abomey-Calavi n'a-t-il pas occulté de se prononcer sur les rapports qu'entretient sa formation politique, la Renaissance du Bénin, avec le gouvernement de la rupture et avec son Chef, le Président Patrice Talon. Par ailleurs, des questions subsidiaires comme celle relative à la polémique qui refait surface au sujet des Chefs lieux des départements, ont été abordées dans la sérénité et sans langue de bois par la première autorité de la commune d'Abomey-Calavi.
Déjà à l'entame de l'émission, le maire Bada a levé un coin de voile sur le reproche qui lui est souvent fait de faire un black-out communicationnel sur ses actions. Pour lui, c'est un principe : " Je n'ai pas l'habitude de montrer à la place publique tout ce que je fais. Le service à son prochain est et reste pour moi une passion. Mes rêves pour la commune d'Abomey-Calavi sont grands. L'attente des populations est très grande", a-t-il déclaré.
Au sujet de l'épineux problème des inondations
L'invité a d'abord fait l'état des lieux et présenté le diagnostic réalisé sur ce phénomène cyclique. Le maire se désole de ce que la commune d'Abomey-Calavi n'ait pas un Plan directeur d'assainissement, ni un Plan de pavage. Pour lui, gouverner c'est prévoir et des mesures idoines devraient être prises pour canaliser les eaux de pluie qui sont attendues à chaque saison pluvieuse. Le maire d'Abomey-Calavi n'est pas dans la logique d'apporter des solutions précaires aux problèmes des inondations. Mais il faut les régler une fois pour toutes: " On ne peut pas gérer une ville en se comportant comme un poisson dans l'eau. Il faut chercher les voies et moyens d'apporter des solutions réelles et durables aux populations. Il ne s'agit pas d'apporter des calmants ou du vitago pour calmer le mal; il faut plutôt mettre de l'antibiotique là où il faut mettre de l'antibiotique ", insiste-t-il à dire.
Dans la même veine, le maire Georges Bada raconte avec dépit que la Direction des Services Techniques dont il a hérité est sans moyens, sans matériels de travail, pas de niveleuses, pas de tracteurs, pas de camions, pas d'engins lourds, rien. Il trouve que dans ces conditions, il serait difficile de travailler.
Aussi paradoxal que cela puisse paraître, dans les livres financiers de la commune, des engins ont été achetés mais qu'on ne retrouve malheureusement pas sur le parking matériel (ce parking est inexistant) de la commune. Et au Maire Bada d'avancer avec dépit: " Une niveleuse n'est pas une aiguille pour disparaître sans trace".
En dépit de ce tableau peu favorable à l'action communale, le nouveau Maire et son Conseil ne sont pas restés les bras croisés. L'invité de Soleil FM a évoqué quelques travaux de rechargement de voies, de reprofilage de voies opérés par la commune dans tous les arrondissements en louant à grands frais des engins. Le maire estime qu'on ne saurait continuer avec du saupoudrage. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'il appelle l'État central au secours de la commune d'Abomey-Calavi forte de plus de 700 mille âmes. Il suggère par exemple qu'à l'instar d'Abomey, une Agence spéciale de réhabilitation doté d'un fonds de l'ordre de 50 à 100 milliards soit créée par le gouvernement de la rupture.
Des solutions immédiates...
Le maire Bada a déclaré au cours de sa sortie médiatique qu'il y a des mesures sécuritaires immédiates qui sont envisagées pour déplacer des sinistrés et les loger à des endroits publics appropriés.
Parallèlement et avant les inondations, des travaux de curage des caniveaux, de désengorgement des exutoires naturels de l'eau ont été effectués. Le maire en appelle à la patience des populations qui, dit-il, veulent tout et tout de suite. En outre, il les invite au civisme en ne jetant pas des restes d'aliments dans les caniveaux, à la citoyenneté en payant leurs taxes et avis d'imposition. Sur la question de la gestion de ces fonds communaux, il rassure et promet la transparence et la reddition de comptes, au moins une fois par trimestre. Le Maire Georges Bada persiste et signe que plus rien ne sera comme avant.
De la sécurité physique et foncière puis de la mobilité urbaine...
Sur les questions de sécurité physique, le Maire d'Abomey-Calavi se réjouit de la collaboration et de la disponibilité des forces de sécurité publique relevant de son territoire de compétence. Cité très attractive, la commune d'Abomey-Calavi, souligne-t-il, reste un nid de refuge de prédilection des bandits et des hors la loi. C'est le lieu pour l'autorité communale de lancer un appel au gouvernement afin qu'il prête main forte aux forces de l'ordre (police, gendarmerie, sapeurs pompiers, etc) en leur donnant les moyens nécessaires pour leur mission de maintien d'ordre et de sécurité.
Au sujet du foncier, le Maire s'est amplement expliqué sur le lotissement, l'autre attente forte des populations. On retient grosso-modo que les travaux suspendus pour y mettre les gardes fous nécessaires à effacer ou à corriger l'image écornée de "ville mafia foncière" collée à la commune d'Abomey-Calavi, seront repris au plus tard le 15 juillet 2016, cette fois-ci, sur toute l'étendue de la commune.
En ce qui concerne la mobilité urbaine, le maire a fait ressortir l'évidence selon laquelle, circuler de 6 heures 30 à 10 heures et de 18 heures à 22 heures sur les axes Calavi-Cotonou et Cotonou-Calavi est un parcours de combattants. Il y a un embouteillage gigantesque qui a amené l'autorité qu'il est à prendre un arrêté qui permette de concert avec la police et la gendarmerie de réglementer la circulation en orientant les usagers de la route aux heures de point, à suivre un plan de circulation clairement défini. La solution définitive proposée par le Maire est la construction d'une voie de contournement qui permettrait de relier en 15 ou 20 minutes au maximum, Cotonou-Calavi ou Calavi-Cotonou. Aussi suggère-t-il sans intention de dénier à Cotonou son statut de capitale économique, la délocalisation de certains ministères de Cotonou vers Abomey-Calavi.
Le volet politique et la polémique autour des chefs lieux de département...
A la question de savoir quelle est la nature des relations actuelles entre la Renaissance du Bénin et le régime de la rupture, le vice président de cette formation politique déclare péremptoirement que les rapports sont au beau fixe. Il soutient mordicus qu'il ne pouvait en être autrement parce que ce parti politique a fait l'option d'être aux côtés de tout régime qui pense le développement du pays. Au sujet du manque d'une déclaration pour formaliser cette volonté, il indique qu'il y a des organes et des réunions préalables qui vont statuer sur la question. Il rappelle à toutes fins utiles que le président Nicéphore Dieudonné Soglo, leader charismatique de la RB, est un grand artisan de la victoire du Président Patrice Talon et de l'avènement de la rupture.
Pour finir, l'invité de Soleil FM a déploré la polémique qui s'enfle autour de la désignation des Chefs lieux de département. En évoquant le cas de Savalou, il invite les uns et les autres à mettre la manière dans leur revendication et à suivre les critères arrêtés par le législateur pour opérer dans la paix et la concorde cette désignation. "Toutes les 77 communes ne peuvent pas être désignées Chefs lieux de départements et on ne pourrait pas non plus aller au Burkina, au Zaïre ou au Togo, pour choisir les chefs lieux des 12 départements", conseille le Député Maire Bada avant de conclure son émission sur une note d'exhortation à la patience à l'endroit des populations et d'invite de chaque entité, État central, État décentralisé, à jouer convenablement, chacun en ce qui le concerne, son rôle pour le mieux-être des administrés.


21/06/2016 Ă  Abomey-Calavi


Source/Auteur : Mairie d'Abomey Calavi
Copyright 2016, webmastered by MASSAURA SARL (www.massaura.manydiscoveries.com) for www.mairie-abomey-calavi.bj